Pages

mercredi 18 mars 2015

Marlon Brando - 3 Avril 1924 - 1er Juillet 2004.


Marlon Brando, un acteur nommé désir...

Le plus grand sex-symbol d'Hollywood était aussi un brillant comédien formé à l'Actors Studios , ainsi qu'un humaniste militant. Retour sur une carrière d'exception...

Il suit la formation d'acteurs de Stella Adler et la méthode de Constantin Stanislavski.« Marlon n'a jamais réellement eu besoin d' apprendre à jouer. Il savait », a un jour déclaré Stella Adler, l'une des enseignantes de l'Actors Studio.



Star hollywoodienne, sex-symbol à l'instar de Marilyn Monroe, Greta Garbo, Louise Brooks ou James Dean. Il est aussi connu pour son implication dans le combat pour les droits civiques aux États-Unis, notamment pour la reconnaissance des droits des Amérindiens et des Afro-Américains.

 Marlon Brando influence les acteurs de sa génération comme James Dean, Paul Newman, Steve McQueen et Robert Redford ainsi que les meilleurs acteurs de la génération suivante comme Al Pacino, Jack Nicholson, Robert De Niro, Dustin Hoffman ou encore James Caan.



Marlon Brando c'est aussi la naissance cinématographique du tee-shirt blanc moulant, jusqu'ici considéré comme un dessous masculin intime, que Marlon sort du placard et exhibe dans tous ses états : déchiré et décolleté pour mieux mettre en valeur ses dorsaux. Jamais Hollywood n'était allé si loin dans la démonstration d'un érotisme masculin.

Marlon Brando...


Joclyn, Frances et Marlon, le plus fragile des trois. Il a 6 ans.


 Marlon Brando est né le 3 Avril 1924 dans une famille modeste du Nebraska.

  Il a des ascendances françaises, allemandes, hollandaises, irlandaises et anglaises. Il est élevé en compagnie de ses deux soeurs aînées, Jocelyn et Frances, d'une mère alcoolique et bohème, l'actrice Dorothy Pennebaker et d'un père coureur de jupons.



 Son nom d'origine française , s'écrivait Brandeau. Par son grand-père, la famille de Marlon Brando est d'origine alsacienne, de Haguenau, Bas-Rhin. Le nom Brandeau est une francisation du nom allemand Brandau.

 Il est envoyé dans une école militaire où il découvre sa vocation pour le théâtre. Il y débute en 1944 avec la pièce I Remember Mama. Il connaît son premier succès avec la pièce Truckline Cafe et trois ans plus tard dans le rôle de Stanley dans la pièce Un tramway nommé désir, de Tennessee Williams.

I Remember Mama.




Truckline Cafe.




Un tramway nommé désir.





 Quand Elia Kazan le porte à l'écran en 1951, Brando reprend son rôle. Brando avait cherché à joindre Elia Kazan au téléphone pendant trois jours pour refuser le rôle, mais lorsque celui-ci le rappelle, il n'ose pas dire non.

















En plus de son jeu d'acteur révolutionnaire et de sa prestation époustouflante dans le rôle du vulgaire Stanley Kowalski, Marlon Brando crève l'écran et s'impose comme un sex-symbol incontournable,en redéfinissant les critères de beauté masculine pour la seconde moitié du XXe siècle à venir, allant plus loin que Tyrone Power ou Montgomery Clift et étant plus jeune que les Clark Gable, John Wayne et autres Humphrey Bogart qui le précédaient. C'est d'ailleurs ce dernier qui remportera l'Oscar du meilleur acteur en 1951 (pour The African Queen), malgré la nomination de Brando.












Brando retrouvera Kazan pour deux autres films : Viva Zapata ! en 1952, qui lui vaut un Prix d'interprétation à Cannes, et Sur les quais (On the Waterfront), en 1954, évocation d'une grève de dockers. Le tournage a lieu en plein maccarthysme, et les relations sont tendues entre cet acteur aux idées progressistes et le cinéaste qui vient de dénoncer ses collègues communistes. Sur les Quais vaut néanmoins à Brando son premier Oscar.









































Acteur Rebelle...

En 1953, le motard inquiétant de l'Equipée sauvage choque le public, et crée le mythe des Blousons noirs....



Après la pièce Un Tramway nommé Désir de Tennessee Williams, en 1953, il enchaîne avec un film qui rendra célèbres le jeans et le blouson de cuir Perfecto : L'Équipée sauvage  (The Wild One) de Laslo Benedek. Dans ce film, il exprime toute la révolte d'une génération en devenant Johnny, un motard rebelle sur sa propre moto Triumph Thunderbird 6T qui prend d'assaut une petite ville avec sa bande de jeunes bruyants. 









Son personnage Johnny, chef d'un gang de motards, dans le film, prononce cette réplique devenue célèbre : :— Une fille : « Hey Johnny, what are you rebeling against? » (« Hé Johnny, tu te rebelles contre quoi ? ») ;
:— Johnny : « What have you got? » (« Qu'est-ce que tu m’proposes ? »).




 Le personnage qu'il joue à l'écran (celui de Johnny) va lancer une mode et avoir un impact considérable sur la « culture rock ». 














James Dean voudra la même moto que celle du film, et on se souvient de la photo d'Elvis Presley mimant à la perfection la posture de Brando sur sa Triumph.







Cependant, la marque Triumph voit d'un très mauvais oeil, l'image que renvoie le film sur elle.

En contre-pied, Brando joue ensuite dans Jules César, de Joseph Mankiewicz, d'après Shakespeare.
À cette époque, certains critiques lui reprochent sa façon de parler assez nonchalante et son manque d'articulation.
 Frank Sinatra le surnomme d'ailleurs à cet égard « Mister Mumbles »(« Monsieur bredouillage »). Mais Brando va les prendre à défaut .On y trouvera une scène où Marc Antoine (Brando) fait un réquisitoire plus que saisissant.
























Un acteur aux multiples facettes...

Marlon Brando est alors la plus grande star masculine hollywoodienne, il n'a peur de rien et va donc s'essayer à la comédie musicale avec comme partenaire Frank Sinatra. Dans la vie, les deux acteurs se détestent . Le film s'intitule Guys And Dolls (Blanches colombes et vilains messieurs) en 1955.





















En 1956, il joue avec Glenn Ford dans The Teahouse Of The August Moon (La Petite Maison de thé) où il interprète un Asiatique. Il poursuit dans la même veine de manière plus sérieuse avec Sayonara où il joue le rôle d'un soldat américain dont l'amour avec une Japonaise est impossible, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.






























Mais les personnages marginaux et tourmentés l'attirent. Il incarne notamment un officier nazi aux côtés de Dean Martin et Montgomery Clift, dans Le Bal des maudits (The Young Lions) film de guerre américain réalisé par Edward Dmytryk en 1958.












Un musicien solitaire L'homme à la peau de serpent (The Fugitive Kind), solitaire à la veste en peau de serpent, avec Anna Magnani et Joanne Woodward, un film américain réalisé par Sidney Lumet en 1959, produit par la United Artists, d'après une pièce écrite pour lui par Tennessee Williams qui ne connait pas de succès mais a acquis le statut de « film culte ».
















En 1961, Brando passe derrière la caméra pour signer la réalisation du western La Vengeance aux deux visages (One-Eyed Jacks) de et avec Marlon Brando sorti aux États-Unis en 1961. C'est le seul film de Brando en tant que réalisateur.










Un mutiné, dans Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty), un film américain réalisé par Lewis Milestone, sorti en 1962.















En 1962,il refuse le rôle de Lawrence d'Arabie.

Dans Reflets dans un œil d'or (Reflections in a Golden Eye), film américain réalisé par John Huston, sorti en 1967, adapté du roman éponyme paru en 1941 de Carson McCullers, il ne craint pas de jouer un officier délaissant sa femme pour la beauté troublante d'un soldat (l'acteur confiera en 1976 avoir eu également des aventures masculines).











En 1969, il refuse Butch Cassidy et le Kid pour tourner dans Queimada. Plus tard, il déclarera à son sujet qu'il est son film préféré malgré son échec commercial. À la fin de la décennie, sa carrière souffre du fait qu'il commence à avoir la réputation d'être difficile sur les plateaux de tournage et que ses films subissent des échecs commerciaux .




Un Parrain Stupéfiant...



Au début des années 70, après quelques années de vaches maigres, Marlon Brando effectue un spectaculaire retour sur le devant de la scène en incarnant le patriarche mafieux Don Corleone dans Le Parrain de Francis Ford Coppola, fresque qui lui vaut son deuxième Oscar, qu'il refuse pour protester contre la manière dont le cinéma américain traite les Indiens dans ses films. À la place, il envoya Sacheen Littlefeather, l'activiste pour la défense des droits civiques des Indiens, qui vint en costume traditionnel Apache.


















Suivent notamment Le Dernier Tango à Paris, Superman Returns, Apocalypse Now, Une Saison blanche et sèche (pour lequel il reverse son salaire à la lutte anti-apartheid), L’Ile du Dr Moreau, The Score, The Brave…

Vie privée.

Marlon Brando se maria trois fois, eut cinq enfants officiels et en adopta. Il eut aussi quatre enfants avec des mères non-identifiées et trois autres enfants avec celle qui partagea la fin de vie, sa gouvernante Maria Christina Ruiz.

Il est connu pour ses multiples conquêtes aussi bien féminines (Marilyn Monroe, Bette Davis, Édith Piaf, Marlène Dietrich et Jacqueline Kennedy entre autres) que masculines. 

Il se maria avec Anna Kashfi de 1957 à 1959, puis avec Movita Castaneda de 1960 à 1962. Il quitta cette dernière pour épouser Tarita Teriipaia qu'il rencontra, en 1962, sur le tournage du film Les Révoltés du Bounty. Cette dernière est sa fiancée dans le film. Il resta avec elle de 1962 à 1972. (Le film fut aussi important à double titre car il lui permit de découvrir la Polynésie française et Tahiti. Il décida d'y acheter un atoll, Tetiaroa et de s'y installer.)

Anna Kashfi de 1957 à 1959.





Movita Castaneda de 1960 à 1962.




Tarita Teriipaia de 1962 à 1972.






Las des vicissitudes hollywoodiennes, il s'exile sur une île du pacifique pendant 10 ans. Cette île portant le nom de "Tetiaora" est un atoll situé à environ 15 kilomètres au nord de l'Ile de Tahiti. Marlon Brando a acquis un bail de 99 ans pour ce coin de paradis auprès du gouvernement polynésien.

Pour Marlon Brando, ce fut un véri­table coup de foudre : en 1960, lorsqu’il était à la recherche de lieux para­di­siaques pour le film Les Révol­tés du Bounty, l’ac­teur améri­cain a décou­vert un sublime motu (un petit atoll) dans les îles de Poly­né­sie française, nommé Teti'aroa. Si le long-métrage n’y a pas été tourné, la star a eu un véri­table coup de cœur pour ce groupe de 12 îlots entou­rant un magi­fique lagon, qu’il a fina­le­ment acheté en 1967. Ancien lieu de villé­gia­ture de la famille royale tahi­tienne, il a fait le bonheur de l’ac­teur améri­cain, qui en a profité pendant une quaran­taine d’an­nées : « Je me sens toujours apaisé lorsque je m’ima­gine sur mon île des mers du sud », écri­vait-il dans son auto­bio­gra­phie parue en 1994.




Depuis la mort de Marlon Brando, son motu était resté préservé du monde exté­rieur. Mais il y a quelques années, il a été racheté par un groupe hôte­lier tahi­tien. Renommé The Brando, il a connu de grandes trans­for­ma­tions, pour en faire un des plus beaux resorts du monde. Ecolo­gique, raffiné, installé dans un écrin de nature à couper le souffle, il ouvrira ses portes en juillet prochain. Mais comme on peut s’en douter, le prix est à la hauteur du lieu : plus de 4000 dollars par personne et par nuit. Pour allé­ger un peu cette somme, une offre promo­tion­nelle sera en place pour les premiers mois, avec un prix (un peu) moins élevé : 2500 dollars la nuit.

A la fin des années 80, Brando vit une véritable tragédie avec le suicide de Cheyenne, sa fille, à la suite du meurtre de son amant par son demi-frère Christian. 
Les dépenses liées aux procès de ses sombres histoires le poussent vers les caméras. Fini le temps des chefs-d'oeuvres, c'est un Brando obèse et fatigué qui fait son retour. Plus que jamais, il court le cachet comme avec Premiers pas dans la mafia, et L'Ile du docteur Moreau. Il apparaît dans The Brave, la première réalisation de Johnny Depp. On ne retiendra de son retour au cinéma que son interprétation dans Une saison blanche et sèche.

Son fils Christian, condamné à 10 ans de prison en 1991 pour le meurtre de l'amant de sa demi-soeur Cheyenne. 

Sa fille Cheyenne, seul témoin du meurtre de son amant a été inculpée en juillet 1990 à Papeete (Tahiti) de complicité d'assassinat. Elle avait été laissée en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter la Polynésie française. Cinq ans plus tard, en avril 1995, après plusieurs séjours dans des hôpitaux psychiatriques, Cheyenne se suicidait près de Papeete en se pendant, ajoutant un peu plus à la tragédie
 familiale.

Enfants.

Enfant avec Anna Kashfi :
Christian Devi Brando (alias Gary Brown, le 11 mai 1958 - 26 janvier 2008, mort d'une pneumonie)

Enfants avec Movita Castaneda :
Miko Castaneda Brando (né en 1961)
Rebecca Brando (née en 1966)

Enfants avec Tarita Teriipaia :
Simon Teihotu Brando (né en 1963) - le seul habitant de Tetiaroa
Tarita Cheyenne Brando (1970-1995), s'est suicidée par pendaison

Enfants adoptés :
Petra Brando-Corval (née en 1972), fille de son adjointe Caroline Barrett Brando et du romancier James Clavell (alias Charles Edmund Dumaresq de Clavell)
Maimiti Brando (born 1977)
Raiatua Brando (born 1982)

Enfants avec des mères non-identifiées :
Stefano Brando alias Stephen Blackehart (né en 1967)
Dylan Brando (1968-1988)
Angelica Brando (inconnu)

Enfants avec sa gouvernante, Maria Christina Ruiz:
Ninna Priscilla Brando (née le 13 mai 1989)
Myles Jonathan Brando (né le 16 janvier 1992)
Timothy Gahan Brando (né le 6 janvier 1994)

Petits-enfants
Michael Brando (né en 1988)

Tuki Brando (né en 1990), enfant de Tarita Cheyenne Brando.

Marlon Brando, l'un des plus grand acteur qu'Hollywood ait connu est décédé le 1er juillet 2004 à l'âge de 80 ans d'une maladie pulmonaire.



Sa bisexualité, depuis longtemps soupçonnée, a été révélée par l'acteur lui-même, au cours d'une interview avec Gary Carey en 1976 : « Homosexuality is so much in fashion it no longer makes news. Like a large number of men, I, too, have had homosexual experiences and I am not ashamed. I have never paid much attention to what people think about me. But if there is someone who is convinced that Jack Nicholson and I are lovers, may they continue to do so. I find it amusing. » 
(« L' homosexualité est tellement à la mode que ça ne fait plus la une. Comme un grand nombre d'hommes, j'ai, moi aussi, eu des expériences homosexuelles et n'en ai pas honte. Je n'ai jamais prêté beaucoup d'attention à ce que les gens pensaient de moi. Mais s'il y a quelqu'un qui est convaincu que Jack Nicholson et moi sommes amants, alors qu'il le croie. Je trouve ça amusant. ») et a été confirmée lors de la parution d'une biographie de Marlon Brando, Marlon Brando : Les derniers secrets, de Darwin Porter.



Filmographie Sélective :





1950 : C'étaient des hommes (The Men) de Fred Zinnemann
1951 : Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire) d'Elia Kazan
1952 : Viva Zapata! d'Elia Kazan
1953 : L'Équipée sauvage (The Wild One) de László Benedek
1953 : Jules César de Joseph Mankiewicz
1954 : Sur les quais (On The Waterfront) d'Elia Kazan
1954 : Désirée de Henry Koster
1955 : Blanches colombes et vilains messieurs (Guys and Dolls) de Joseph Mankiewicz
1956 : La Petite Maison de thé (The Tea House of the August Moon) de Daniel Mann
1957 : Sayonara de Joshua Logan
1957 : Le Bal des maudits (The Young Lions) d'Edward Dmytryk
1959 : L’Homme à la peau de serpent (The Fugitive Kind) de Sidney Lumet
1961 : La Vengeance aux deux visages (One-Eyed Jacks) de Marlon Brando
1962 : Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty), de Lewis Milestone
1963 : Le Vilain Américain (The Ugly American) de George Englund
1964 : Les Séducteurs (Bedtime Story) de Ralph Levy
1965 : Morituri (Morituri) de Bernhard Wicki
1966 : La Poursuite impitoyable (The Chase) d'Arthur Penn
1966 : L'Homme de la Sierra (The Appaloosa) de Sidney J. Furie
1967 : La Comtesse de Hong-Kong (A Countess From Hong Kong) de Charlie Chaplin
1967 : Reflet dans un œil d’or (Reflections In A Golden Eye) de John Huston
1968 : Candy de Christian Marquand
1968 : La Nuit du lendemain (The Night of the Following Day) d'Hubert Cornfield et Richard Boone
1969 : Queimada de Gillo Pontecorvo
1972 : Le Corrupteur (The Nightcomers) de Michael Winner
1972 : Le Parrain (The Godfather) de Francis Ford Coppola
1972 : Le Dernier Tango à Paris (Ultimo tango a Parigi) de Bernardo Bertolucci
1976 : Missouri Breaks d'Arthur Penn
1977 : Raoni de Jean-Pierre Dutilleux : Narrateur (dans la version en anglais)
1977 : Le Parrain de Francis Ford Coppola (TV)
1978 : Superman de Richard Donner
1979 : Apocalypse Now de Francis Ford Coppola
1980 : La Formule (The Formula) de John G. Avildsen
1989 : Une saison blanche et sèche (A Dry White Season) d'Euzhan Palcy
1990 : Premiers pas dans la mafia (The Freshman) d'Andrew Bergman
1992 : Christophe Colomb : La découverte : Tomas de Torquemada de John Glen
1995 : Don Juan Demarco de Jeremy Leven
1996 : L’Île du docteur Moreau (The Island of Dr. Moreau) de John Frankenheimer
1997 : The Brave de Johnny Depp
1998 : Free Money de Yves Simoneau
2001 : The Score, Frank Oz
2001 : You Rock My World, de Michael Jackson

2006 : Superman Returns de Bryan Singer (images d'archives)




Sources :
Biographie Evangeline.
Wikipédia : Mariage, enfants et Filmographie.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire