Pages

mercredi 27 février 2013

Joan Bennett ( 27 février 1910 - 7 décembre 1990).


 Happy Birthday !


Quelque unes de ces citations :


“Je ne pense pas beaucoup à la plupart des films que j'ai faits, mais en étant un film tenir le premier rôle était quelque chose j'ai aimée beaucoup”

“Ma carrière de film s'est fanée. Un homme peut continuer à jouer à certains rôles jusqu'à ce qu'il ait soixante ans. Mais pas une femme, l'âge d'or n'est allée de pair avec lui la majeure partie des personnes du grand goût. Il ne semble plus être aucun amusement”.


Joan Bennett, née le 27 février 1910 à Palisades (New Jersey) et décédée le 7 décembre 1990 à Scarsdale (New York) d’une crise cardiaque, était une actrice et productrice américaine
Jeune première blonde dans les années trente (notamment dirigée par Raoul Walsh - Frank Borzage et George Cukor à l'occasion) dans des comédies et des films d'aventures, Joan Bennett s'impose en brune héroïne de films noirs la décennie suivante, grâce à Jean Renoir, Max Ophüls, Otto Preminger et surtout Fritz Lang qui en fait une de ses actrices favorites, et sous l'influence de son mari le producteur Walter Wanger. Mais, dès 1950, elle est reléguée aux seconds rôles, jouant la mère d'Elizabeth Taylor ou la rivale malheureuse de Barbara Stanwyck. En plus d'être une grande actrice de cinéma américain, elle est devenue très populaire à la télévision en interprétant le rôle principal dans Dark Shadows, de 1966 à 1971.




Joan Bennett, fille du comédien Richard Bennett, soeur de Constance et Barbara naît le 27 février 1910 à Palisades, dans le New Jersey.

Elle fait sa 1ère apparition à la scène à 4 ans, et en 1915, participe avec sa famille au tournage d'un mélodrame “The Valley Of Decision”. Elle s'éloigne de la scène et des écrans et débute vraiment dans “Bulldog Drummond” (1929). Jeune première mondaine, blonde et élégante dans “Disraeli” (1929), elle révèle sans appel dans ”Wild Dirl” et “For Me And My Gal” (1932), une vivacité étonnamment moderne dans “Les Quatre Filles Du Docteur March” (1933) avec Katharine Hepburn et Frances Dee.

“Disraeli” (1929). 



Avec Anthony Bushell.


Ces réussites alternent avec des tentatives infructueuses dans la comédie loufoque, avant sa prise de sous contrat par le producteur Walter Wanger, qui l'aide à imposer un personnage nouveau, plus sophistiqué. Délicieux et romantique, “La Femme Aux Cigarettes Blondes”  (1939) marque sa métamorphose en brune et son passage à un registre plus uniformément dramatique. Sous la direction de Fritz Lang, elle joue la prostituée cockney de “Chasse A L'Homme” (1941), tient le rôle-titre de “La Femme Au Portrait” (1944).




La Femme au portrait : photo Edward G. Robinson, Fritz Lang, Joan Bennett.



 Volontaire, fatale, un rien perverse, acide et ironique elle connaît ses meilleurs moments dans l'univers feutré et trouble du film noir auquel se rattache aussi “La Femme Sur La Plage” (1945). 







Avec les années 50, elle passe progressivement à des rôles de mère plus effacés “Le Père De La Mariée” (1950).






 Elle connaît ensuite une longue éclipse cinématographique. Elle se consacre au théâtre et à la télévision et remporte un succès durable dans la série de dan Curtis “Dark Shadows”, dont elle tourne aussi une médiocre adaptation filmée.





Elle se maria à 4 reprises dans sa vie :

- John Marion Fox du 15 septembre 1926 jusqu'en 1928. Ils eurent un enfant : Adrienne Ralston Fox née en 1928.



- Le scénariste Gene Markey du 12 mars 1932 jusqu'en 1938. Ils eurent un enfant : Melina Makey née en 1934.






- Le producteur Walter Wanger du 12 janvier 1940 jusqu'en 1965. Ils eurent 2 enfants : Stephanie née en 1943 et Shelley Wanger née en 1948.



En 1951, la spectaculaire carrière de Wanger s'achève lorsque celui-ci tire sur l'agent de Joan Bennett présente, en sortant de chez Marlon Brando, sur un parking à Beverly Hills (Walter Wanger, Hollywood Independent de Matthew Bernstein, University of California Press, 1994).

- David Wilde du 14 février 1978 jusqu'à son décès le 7 décembre 1990.



Joan Bennett nous quitte le 7 décembre 1990 d'une crise cardiaque à Scarsdale, dans l'Etat de New York.

Filmographie :



1916 : The Valley of Decision de Rae Berger
1928 : Power, d'Howard Higgin
1929 : Bulldog Drummond de Richard Jones
1929 : Three Live Ghosts de Thornton Freeland
1929 : Disraeli d'Alfred E. Green
1929 : La Dame de cœur (The Mississippi Gambler) de Reginald Barker
1930 : Vertige (Puttin' on the Ritz) d'Edward Sloman
1930 : Crazy That Way de Hamilton MacFadden
1930 : Jim le harponneur (Moby Dick) de Lloyd Bacon
1930 : Maybe It's Love de William A. Wellman
1930 : Scotland Yard de William K. Howard
1931 : Many a Slip de Lloyd Bacon
1931 : Doctors' Wives de Frank Borzage
1931 : Hush Money de Sidney Lanfield
1932 : She Wanted a Millionaire de John G. Blystone
1932 : Careless Lady de Kenneth MacKenna
1932 : Le Procès of Vivienne Ware (The Trial of Vivienne Ware) de William K. Howard
1932 : Week Ends Only d'Alan Crosland
1932 : Fille farouche (Wild Girl) de Raoul Walsh
1932 : Me and My Gal de Raoul Walsh
1933 : Arizona to Broadway de James Tinling
1933 : Les Quatre filles du docteur March (Little women) de George Cukor
1934 : The Pursuit of Happiness d'Alexander Hall
1934 : The Man Who Reclaimed His Head d'Edward Ludwig
1935 : Mondes privés (Private worlds) de Gregory LaCava
1935 : Mississippi de Wesley Ruggles et Edward Sutherland
1935 : Two for tonight de Frank Tuttle
1935 : Gosse de riche (She Couldn't Take It) de Tay Garnett
1935 : L'Homme qui fait sauter la banque (The Man Who Broke the Bank at Monte Carlo) de Stephen Roberts
1936 : Empreintes digitales (Big Brown Eyes) de Raoul Walsh
1936 : Thirteen Hours by Air de Mitchell Leisen
1936 : Two in a Crowd d'Alfred E. Green
1936 : Cadeau de mariage (Wedding Present) de Richard Wallace
1937 : Vogues 38 (Vogues of 1938) d'Irving Cummings
1938 : J'ai retrouvé mes amours (I Met My Love Again) de Joshua Logan
1938 : La Ruée sauvage (The Texans) de James Patrick Hogan
1938 : Les Américains à Paris (Artists and Models Abroad) de Mitchell Leisen
1938 : La Femme aux cigarettes blondes (Trade Winds) de Tay Garnett
1939 : L’Homme au masque de fer (The Man in the Iron Mask) de James Whale
1939 : Le Mystère de la péniche ou Le Roi des reporters (The Housekeeper's Daughter) de Hal Roach
1940 : L’Enfer vert (Green Hell) de James Whale
1940 : Destins dans la nuit (The House Across the Bay) d'Archie Mayo
1940 : The Man I Married d'Irving Pichel
1940 : Le Fils de Monte-Cristo (The Son of Monte Cristo) de Rowland V. Lee
1941 : She Knew All the Answers de Richard Wallace
1941 : Chasse à l'homme (Man hunt) de Fritz Lang
1941 : Wild Geese Calling de John Brahm
1941 : Confirm or Deny d'Archie Mayo
1942 : The Wife Takes a Flyer de Richard Wallace
1942 : Twin Beds de Tim Whelan
1942 : Girl Trouble de Harold D. Schuster
1943 : Margin for Error ou Clare Booth Luce's Margin for Error d'Otto Preminger
1944 : La Femme au portrait (The Woman in the Window) de Fritz Lang
1945 : La Grande Dame et le Mauvais Garçon (Nob Hill) de Henry Hathaway
1945 : La Rue rouge (Scarlet Street) de Fritz Lang
1946 : Colonel Effingham's Raid de Irving Pichel
1947 : L'Affaire Macomber (The Macomber affair) de Zoltan Korda
1947 : La Femme sur la plage (The woman on the beach) de Jean Renoir
1948 : Le Secret derrière la porte (The Secret Beyond the Door) de Fritz Lang
1948 : Le Balafré (Hollow Triumph) de Steve Sekely
1949 : Les Désemparés (The Reckless moment) de Max Ophuls
1950 : Le Père de la mariée (Father of the bride) de Vincente Minnelli
1950 : On va se faire sonner les cloches (For Heaven's Sake) de George Seaton
1951 : Allons donc, papa ! (Father's Little Dividend) de Vincente Minnelli
1951 : The Guy Who Came Back de Joseph M. Newman
1954 : Highway Dragnet de Nathan Juran
1955 : La Cuisine des anges (We're no angels) de Michael Curtiz
1956 : Demain est un autre jour (There's Always Tomorrow) de Douglas Sirk
1956 : Navy Wife de Edward Bernds
1960 : Desire in the Dust de William F. Claxton
1965 : L'Homme à la Rolls (Burke's Law) (Série TV - 1 épisode)
1966-1971 : Dark Shadows (Série TV) : Elizabeth Collins Stoddard
1970 : Fiancée du vampire (House of Dark Shadows) de Dan Curtis
1970 : The Governor & J.J. (série TV)
1972 : Gidget Gets Married (TV)
1972 : The Eyes of Charles Sand (TV)
1972 : Dr. Simon Locke (Série TV)
1977 : Suspiria de Dario Argento
1978 : Suddenly, Love (TV)
1981 : This House Possessed (TV)
1982 : Divorce Wars: A Love Story (TV).

Retrouvez son étoile au Walk of Fame au numéro 6310 sur Hollywood Boulevard.




Franchot Tone (27 février 1905 - 18 septembre 1968).

Happy Birthday !




Date et Lieu de naissance : 27 février 1905 (Niagara Falls, New York, USA)
Date et Lieu de décès : 18 septembre 1968 (New York, New York, USA)
Nom Réel : Stanislas Pascal Franchot Tone.



Issue d’une famille aisée, d’origines irlandaises, de la Côte Est des Etats-Unis, Stanislas Pascal Franchot Tone vient au monde le 27 février 1905, à Niagara Falls (New York). Il étudie à l’école de Pottstown en Pennsylvanie avec l’ambition d’enseigner le français. Il poursuit ses études à l’Université de Cornell de New York et à l’Université de Rennes, en France. C’est à Cornell qu’il découvre le plaisir de la scène et décide alors de devenir acteur.


Sous le nom de Franchot Tone, il entame sa carrière théâtrale à Broadway en 1927, avec une apparition dans «The belt» de Paul Sifton. Doté d’un charme naturel, il enchaîne les rôles de jeunes premiers dans plusieurs pièces. En 1931, il accède au premier rôle dans «Green grow the lilacs» de Lynn Riggs. L’élégant et talentueux acteur est rapidement remarqué par les talents-scouts hollywoodiens. En 1932, c’est pour le compte de la Paramount qu’il joue pour la première fois au cinéma, dans «Le sexe le plus habile» avec Claudette Colbert.

 L’année suivante, il signe un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer. Après plusieurs interprétations secondaires, le producteur Irving Thalberg l’impose auprès de Clark Gable et de Charles Laughton dans «Les révoltés du Bounty» (1934) de Frank Lloyd. Sa prestation lui vaut une nomination aux Oscars.



Au cours des années suivantes, Franchot Tone gravit les échelons de la célébrité dans des comédies ou des films d’aventures, aux côtés des plus grandes stars, parmi lesquelles: Gary Cooper dans «Les trois lanciers du Bengale» (1935), Bette Davis dans «L’intruse» (1935), Jean Harlow dans «Une belle blonde» (1936), Katharine Hepburn dans «Pour un baiser» (1937), Janet Gaynor dans «Nanette a trois amours» (1938) et Robert Taylor dans «Trois Camarades» (1938). 










Parallèlement à sa carrière d’acteur, Franchot Tone a une vie privée plutôt mouvementée. Ses quatre mariages et ses nombreuses conquêtes, défraient régulièrement la chronique. En 1935, il épouse Joan Crawford, star incontestée du cinéma mondial. Ensembles, il tournent dans sept films, dont: «La femme de sa vie» (1935) de Edward H. Griffith et «L’enchanteresse» (1936) de Clarence Brown.


 Suite aux infidélités de Franchot, le couple divorce en 1939. Par la suite, il se marie avec trois superbes actrices: Jean Wallace de 1941 à 1948, Barbara Payton de 1951 à 1952 et enfin Dolores Dorn de 1956 à 1959.

Jean Wallace.


Barbara Payton.


Dolores Dorn.



À la fin des années quarante, malgré une réputation d’excellent professionnel, sa carrière cinématographique à tendance à s’enliser. Il décide alors de reprendre le chemin de la scène. L’âge venant, Franchot Tone alterne le théâtre, la télévision et le cinéma. En 1958, il réalise, produit et interprète «Oncle Vanya», un projet qui lui tient à cœur et qu’il a joué à maintes reprises sur les planches. Par la suite, il campe le Président des Etats-Unis dans «Tempête à Washington» (1962) et l’Amiral Husband E. Kimmel dans «Première Victoire», deux films réalisés par Otto Preminger. 

De plus en plus rare sur les écrans, Franchot Tone meurt le 18 septembre 1968, à son domicile de Manhattan (New York), emporté par un cancer du poumon. 

Joan Crawford, émue par le sort de son ex-mari pendant sa maladie, l'aurait pris en charge à son domicile pour s'occuper de lui. Selon un visiteur qui demanda qui était l'homme dans le fauteuil roulant, Crawford répondit : "Him? That's Franchot". Son corps fut incinéré et ses cendres furent dispersées.



Filmographie :

Robert Taylor, Barbara Stanwyck, Franchot Tone, et Joan Crawford photographiés à la Cafétaria du Studio.



1932 : The Wiser Sex : Phil Long
1933 : Après nous le déluge (Today we live) d'Howard Hawks : Lt. Ronnie Boyce-Smith
1933 : Gabriel au dessus de la Maison Blanche (Gabriel over the White House) : Hartley 'Beek' Beekman
1933 : Rose de minuit (Midnight Mary) : Thomas 'Tom' Mannering Jr.
1933 : The Stranger's Return : Guy Crane
1933 : Stage Mother : Warren Foster
1933 : Mademoiselle volcan (Bombshell) : Gifford Middleton
1933 : Le Tourbillon de la danse (Dancing Lady) de Robert Z. Leonard : Tod Newton
1934 : Moulin Rouge : Douglas Hall
1934 : Vivre et aimer (Sadie McKee) : Michael 'Mike' Alderson
1934 : Le Monde en marche (The World Moves On) : Richard Girard
1934 : La Belle du Missouri (The Girl from Missouri) : T.R. 'Tom' Paige Jr.
1934 : Straight Is the Way : Benny 'Ben' Horowitz
1934 : Gentlemen Are Born : Bob Bailey
1935 : Les Trois lanciers du Bengale (The Lives of a Bengal Lancer) : Lieutenant Forsythe
1935 : One New York Night : Foxhall Ridgeway
1935 : Imprudente jeunesse (Reckless) : Robert 'Bob' Harrison Jr.
1935 : La Femme de sa vie (No more ladies) : Jim 'Jimsy Boysie' Salston
1935 : Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty) : Midshipman Roger Byam
1935 : L'Intruse (Dangerous) : Donald 'Don' Bellows
1936 : Exclusive Story : Dick Barton
1936 : L'Heure mystérieuse (The Unguarded Hour) : Sir Alan Dearden
1936 : Sa majesté est de sortie (The King Steps Out) : Emperor Franz Josef
1936 : Suzy : Capt. Terry Moore
1936 : L'Enchanteresse (The Gorgeous Hussy) : John H. Eaton
1936 : Loufoque et Cie (Love on the Run) : Barnabus W. 'Barney' Pells
1937 : Pour un baiser (Quality street), de George Stevens : Dr. Valentine Brown
1937 : They Gave Him a Gun : James 'Jimmy' Davis
1937 : Entre deux femmes (Between Two Women) : Dr.Allan Demarest Meighan
1937 : L'Inconnue du palace (The Bride Wore Red) : Giulio
1938 : Man-Proof : Jimmy Kilmartin
1938 : Love Is a Headache : Peter Lawrence
1938 : Trois camarades (Three Comrades) : Otto Koster
1938 : Three Loves Has Nancy : Robert 'Bob' Hanson
1938 : The Girl Downstairs : Paul Wagner
1939 : Fast and Furious : Joel Sloane
1940 : Sur la piste des vigilants (Trail of the Vigilantes) : Kansas (Tim Mason)
1941 : Nice Girl? : Richard Calvert
1941 : This Woman Is Mine : Robert Stevens
1941 : She Knew All the Answers : Mark Willows
1942 : The Wife Takes a Flyer : Christopher Reynolds
1942 : Au Pays du rythme (Star spangled rythm) de George Marshall
1943 : Les Cinq secrets du désert (Five Graves to Cairo) : Cpl. John J. Bramble / Davos
1943 : Pilot No 5 (en) : George Braynor Collins
1943 : His Butler's Sister : Charles Gerard
1943 : True to Life : Fletcher Marvin
1944 : Les Mains qui tuent (Phantom Lady) : Jack Marlow
1944 : The Hour Before the Dawn : Jim Hetherton
1944 : Dark Waters : Dr. George Grover
1945 : That Night with You : Paul Renaud
1946 : Because of Him : Paul Taylor, the Playwright
1947 : Lost Honeymoon : Johnny Gray
1947 : Honeymoon : David Flanner
1947 : Her Husband's Affairs : William Weldon
1948 : Les Liens du passé (I Love Trouble) : Stuart Bailey
1948 : La Course au mari (Every Girl Should Be Married) : Roger Sanford
1949 : Jigsaw : Howard Malloy
1949 : Crépuscule (Without Honor) : Dennis Williams
1950 : L'Homme de la tour Eiffel (The Man on the Eiffel Tower) : Johann Radek
1951 : Si l'on mariait papa (Here Comes the Groom) : Wilbur Stanley
1957 : Uncle Vanya : Dr. Mikhail Lvovich Astroff
1958 : Bitter Heritage (TV) : Frank James
1961 : La Quatrième Dimension (TV) Episode 61 Le Silence est d'argent : Le Colonel
1962 : Tempête à Washington (Advise & Consent) : The President
1964 : La Bonne Soupe : John Montasy Jr
1964 : See How They Run (TV) : Baron Frood
1965 : Première victoire (In Harm's Way) : Admiral Kimmel
1965 : Mickey One : Rudy Lopp
1968 : Ombre sur Elveron (Shadow Over Elveron) (TV) : Barney Conners
1968 : Mandat d'arrêt (Nobody Runs Forever) : Ambassador Townsend

comme producteur :
1950 : L'Homme de la tour Eiffel (The Man on the Eiffel Tower)
1957 : Uncle Vanya

comme réalisateur :
1957 : Uncle Vanya


Franchot Tone a une étoile à son nom sur le Hollywood Walk of Fame au 6558 Hollywood Boulevard.