Pages

vendredi 18 octobre 2013

Le Magicien d'Oz, 1939, de Victor Fleming...





Oeuvre à la croisée des genres, le film réalisé en 1939 par Victor Fleming annonce la future suprématie de la MGM sur le genre musical, et fait de Judy Garland la grande vedette du studio.

Victor Fleming.



Une étoile est née...





Célèbre pour ses chansons, Le Magicien d'Oz le fut aussi en son temps pour son budget inhabituel et son tournage mouvementé.
Alors que les réalisateurs se succèdent aux commandes de cette superproduction de la MGM, les prises de vue sont en effet retardées par des accidents : après l'intoxication à l'aluminium de l'Homme de fer, c'est la sorcière qui prend feu, puis sa doublure. Et même le chien "jouant" Toto sera blessé à la patte...



Mais au-delà de l'anecdote, c'est bien sûr le film lui-même qui fascine le public - en particulier les Américains - depuis plus de soixante-dix ans.

Son esthétique y est pour beaucoup : explorant les possibilités du Technicolor naissant, le chef opérateur Harold Rosson et le directeur artistique Cedric Gibbons ont créé un univers aux tons saturés et aux formes étonnantes, qui font du film un feu d'artifice visuel.

Harold Rosson.



Cedric Gibbons.



 La bande musicale, qui compte plusieurs chansons devenues très populaires, n'est pas en reste : elle a d'ailleurs valu au film deux Oscars - une troisième statuette étant attribuée à Judy Garland pour célébrer son statut de " révélation de l'année".




Car la jeune actrice révèle dans Le Magicien d'Oz un potentiel qui, comme on le sait, ne décevra pas ses fans de la première heure...

Le Magicien d'Oz...



Dorothy vit dans une ferme du Kansas avec son oncle et sa tante. Âgée de douze ans, elle serait bien solitaire si elle n'avait pas pour meilleur ami son chien Toto. Mais un jour, une terrible voisine du nom d'Amira Gulch est mordue par l'animal. Elle fait alors en sorte de le livrer aux autorités. Sachant que cela signifierait la mort pour Toto, Dorothy décide de s'enfuir avec lui...









Judy Garland (VF : Renée Simonot) : Dorothy Gale
Frank Morgan (VF : Jacques Berlioz) : le Magicien d'Oz (Wizard of Oz) / le professeur Marvel / le cocher / le portier de la cité d'Émeraude
Ray Bolger (VF de 1946 : Maurice Nasil) : Hunk / l'Épouvantail (Scarecrow)
Bert Lahr : Zeke / le Lion peureux (Cowardly Lion)
Jack Haley : Hickory / l'Homme de fer-blanc (Tin Man)
Billie Burke : Glinda, la bonne fée du Nord (Good Witch of the North)
Margaret Hamilton (VF : Héléna Manson) : Miss Gulch / la Méchante sorcière de l'Ouest (Wicked Witch of the West) / la Méchante sorcière de l'Est (Wicked Witch of the East)
Charley Grapewin : Oncle Henry (Uncle Henry)
Clara Blandick : Tante Olympe (Aunt Em)
Meinhardt Raabe : Un Munchkin
Rolfe Sedan (non-crédité) : L'ascensionniste en ballon.
















Bis repetita...

En 1938, le triomphe inattendu de Blanche-Neige et les sept nains donne des idées à Louis B. Mayer. Désireux de réitérer l'exploit de Walt Disney, le grand manitou de La MGM jette son dévolu sur un livre pour enfants publié en 1900 : Le Merveilleux Magicien d'Oz, de Frank Baum.




Le roman a déjà connu une adaptation scénique réussie, aussi Mayer prend-il le risque d'en acquérir les droits pour 75 000 dollars, somme très importante pour l'époque. Un premier scénariste, William H.Cannon, en tire alors un script de quelques pages.
Puis ce sont Ogden Nash, Noel Langley, et Herman J.Mankiewicz ( le frère du cinéaste) qui écrivent simultanément des versions du scénario plus ou moins fidèles à l'original.
Au bout de quelques mois, Florence Ryerson et Edgar Allan Wolf sont également appelés à la rescousse. Après moult remaniements, ce sont quelques vingt personnes qui auront finalement planché sur le scénario du Magicien d'Oz.






Ogden Nash.



Herman J.Mankiewicz.



Florence Ryerson et Edgar Allan Wolf.



Casse-tête...

La question des acteurs sera à peine plus simple. La production exécutive du film est confiée à Melvyn LeRoy, cinéaste réputé qui tient aussi parfois ce type de fonctions. Epaulé par Arthur Freed, LeRoy doit choisir qui interprètera Dorothy. Louis B.Mayer entame des négociations pour se faire "prêter" Shirley Temple, en vain.
Deanna Durbin est ensuite pressentie, jusqu'à ce que s'impose le nom de Judy Garland, jeune vedette du studio (ayant déjà dix-sept ans, elle devra porter un corset pour jouer Dorothy).
















Par ailleurs Ray Bolger est d'abord engagé pour le rôle de l'Homme de fer, mais obtient finalement de l'échanger contre celui de l'Epouvantail, pourtant déjà attribué.

Ray Bolger.





 De son côté, la star du burlesque W.C.Fields accepte de jouer le magicien, mais un désaccord sur le cachet lui fait abandonner le projet. Quant à Gale Sondergaard, qui devait initialement jouer une sorcière glamour, elle jette l'éponge en découvrant que le personnage est devenu une horrible mégère...

W.C.Fields.



Gale Sondergaard.




Chaises musicales...

Cette valse de scénaristes et de comédiens va se poursuivre avec celle des réalisateurs. Richard Thorpe commence en effet le tournage en octobre 1938. Mais l'acteur qui joue l'Homme de fer, est intoxiqué par l'aluminium présent dans son maquillage (il sera remplacé par Jack Haley).

Judy Garland, Ray Bolger, et Bert Lahr en personne à une visite de "The Wizard of Oz".



Judy Garland, comme Dorothy, sur le plateau de "Le Magicien d'Oz" (1939).



Judy Garland et Bert Lahr dans "The Wizard of Oz", 1939.











Richard Thorpe.



Jack Haley.





Jack Haley et Victor Fleming sur le tournage du "Magicien d’Oz".



Profitant de cette interruption, LeRoy congédie Thorpe, dont il n'aime pas le travail. George Cukor assure alors l'intérim en attendant d'aller tourner Autant en Emporte le vent : il ne filme rien, mais libère Judy Garland de son étrange perruque blonde.
Victor Fleming dirige ensuite la plus grande partie du film.

Judy Garland entourée de Mervyn LeRoy (à gauche, producteur du film) et de Victor Fleming (à droite avec Toto dans les bras).



Mais en février 1939, on lui demande de succèder à Cukor sur le plateau d'Autant en emporte le vent. C'est donc un quatrième réalisateur, le vétéran King Vidor, qui termine les prises de vue du Magicien d'Oz au printemps 1939.

King Vidor.



Sorti au mois d'août, le film ne rencontre d'abord qu'un succès modeste, mais il deviendra au fil du temps l'un des plus grands classiques du cinéma mondial.
Et c'est finalement Autant en emporte le vent que LouisB.Mayer réussira à battre le record de Blanche-neige...


Chansons du film ...



Après le montage final, dix chansons sont présentes dans le film. Deux reprises de chansons interprétées plus tôt dans le film sont supprimées dont celle de la séquence où Judy Garland chante le deuxième couplet d'Over the Rainbow dans le château de la Méchante Sorcière de l'Ouest qui a été jugée trop mélancolique.

Over the Rainbow - Judy Garland
It Really Was No Miracle - Billie Burke, Judy Garland et les Munchkins
Follow the yellow brick road - Les Munchkins
If I Only Had a Brain - Ray Bolger et Judy Garland
We're Off to See the Wizard - Judy Garland, Ray Bolger, Buddy Ebsen (pré-enregistré) et Bert Lahr
If I Only Had a Heart - Jack Haley
If I Only Had the Nerve - Bert Lahr
Optimistic Voices
The Merry Old Land of Oz - Frank Morgan, Judy Garland, Ray Bolger, Bert Lahr, Jack Haley et les citoyens de la cité d'Émeraudes
If I Were King of the Forest - Bert Lahr

Magicien d'Oz (1939)- Munchkin Terre.







Titre original : The Wizard of Oz
Titre français : Le Magicien d'Oz
Réalisation : Victor Fleming ; Richard Thorpe, George Cukor, King Vidor et Mervyn LeRoy (non-crédités)
Scénario : Noel Langley, Florence Ryerson et Edgar Allan Woolf d'après le livre de L. Frank Baum ; William H. Cannon, Irving Brecher, Herman J. Mankiewicz, Ogden Nash, Herbert Fields, Samuel Hoffenstein, Jack Mintz, John Lee Mahin et E.Y. Harburg (non-crédités)
Lyrics : Yip Harburg
Musique : Harold Arlen
Direction musicale : Herbert Stothart
Chorégraphie : Bobby Connolly
Direction artistique : Cedric Gibbons
Costumes : Adrian
Maquillages : Jack Dawn
Photographie : Harold Rosson et Allen M. Davey (associé)
Effets spéciaux : A. Arnold Gillespie
Son : Douglas Shearer
Montage : Blanche Sewell ; Margaret Booth (supervision, non-créditée)
Production : Victor Fleming et Mervyn LeRoy ; Arthur Freed4 (non-crédité)
Sociétés de production : Metro-Goldwyn-Mayer et Loew's Incorporated
Société de distribution : Metro-Goldwyn-Mayer
Budget : 2 600 000 $4
Pays d'origine :  États-Unis
Langue : anglais
Format : Noir et blanc / couleurs (Technicolor) - 35 mm - 1,37:1 - Son mono (Western Electric Sound System)7
Genre : Film musical
Durée : 98 minutes

Dates de sortie :

 États-Unis : 12 août 1939 (avant-première à Oconomowoc, Wisconsin) ; 25 août 1939 (sortie nationale)
 France : 26 juin 1946 et en ressortie le 15 décembre 1999.
 Belgique : 8 août 1946

"Un coeur n'est pas jugé par combien vous l'aimez, mais par combien vous êtes aimé par d'autres".








Sources :
-Rédaction personnelle
-Vidéos YouTube
-Images personnelles et glânées sur le Net.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire