Pages

mercredi 23 octobre 2013

Hommage à Annie Girardot ( 25 octobre 1931 - 28 février 2011).


 "Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi le cinéma français a manqué... follement, éperdument, douloureusement,et...votre témoignage, votre amour, me font penser que peut-être, je le dis bien peut-être , je ne suis pas encore toute à fait morte..." ( Annie Girardot - Césars 1996).



 Annie Girardot : "Les films que j'ai tournés, les hommes que j'ai aimés ont écrit l'histoire de ma vie. Sauf que, maintenant, vous la connaissez mieux que moi …" (en 2006, déjà atteinte par la maladie).

Un jour, un destin - Annie Girardot, le tourbillon de la vie.


Madame Annie Girardot...




 Née le 25 octobre 1931 à Paris, Annie Girardot entre au Conservatoire de Paris, après son baccalauréat et des études d'infirmière. Elle y remporte le premier prix de comédie en 1954, année où elle intègre la Comédie Française pour interpréter notamment La machine à écrire de Jean Cocteau.Parallèlement, elle fait ses débuts au cinéma avec Treize à table de André Hunebelle, en 1955.





Deux ans plus tard, elle quitte la Comédie Française, et se lance dans le théâtre de boulevard avec Deux sur une balançoire, mis en scène par Visconti.





Après quelques films commerciaux, Rocco et ses frères toujours de Visconti (1960) lance véritablement sa carrière au cinéma.











Annie Girardot dans "Rocco Et Ses Frères (Luchino Visconti 1960).



A la Mostra de Venise 1960, avec Claudia Cardinale, Katina Paxinou, Luchino Visconti et Annie Girardot, pour promouvoir le film " Rocco et ses frères".







 Jouant beaucoup, elle s'illustre notamment dans Le mari de la femme à barbe (1963), Dillinger est mort (1969) de Marco Ferreri, Vivre pour vivre de Claude Lelouch (1967), ou encore Mourir d'aimer d'André Cayatte (1971).























En 1969, dans une émission télé, Annie Girardot parle du conservatoire et de son passage à la Comédie Française où elle a joué les soubrettes.

Dans les années 70, elle enchaîne les comédies populaires, où les réalisateurs usent et abusent de sa gouaille naturelle : avec Michel Audiard dans Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !, avec Philippe de Broca dans Tendre poulet en 1977 ou On a volé la cuisse de Jupiter en 1980, ou encore avec Claude Zidi dans La Zizanie en 1978.

























En 1977, elle est couronnée par le César de la meilleure actrice pour son rôle dans Docteur Françoise Gailland (Jean-Louis Bertucelli).







 En 1982, sa revue au Casino de Paris est un échec et, hormis quelques rôles remarqués – Liste noire (1984), Partir revenir (1985), Comédie d'amour (1989) – elle disparaît quasiment du grand écran au début des années 80.













 Elle se consacre alors au théâtre avec notamment L'avare (1986), Descente aux plaisirs (1997), Le 6ème ciel (1998), et à la télévision avec de grandes sagas comme Le vent des Moissons ou Orages d'été.

En 1996, elle est récompensée par le César du meilleur second rôle dans Les Misérables de Claude Lelouch, après avoir été longtemps boudée par la profession.



Lors de la cérémonie des césars, elle fond en larmes en prenant la statuette, se livrant complètement : «Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi, le cinéma français a manqué. Follement, éperdument douloureusement. Votre témoignage, votre amour me font penser que peut-être, je dis bien peut-être, je suis pas tout à fait morte.» 

En 2002, elle reçoit un nouveau César, celui du meilleur second rôle féminin pour La pianiste de Michael Haneke. La même année, le Molière de la meilleure comédienne lui est décerné pour Madame Marguerite. 




Libération lui consacre alors un portrait intitulé «sans filtre».Annie Girardot était divorcée de l'acteur italien Renato Salvatori (décédé en mars 1988), le père de sa fille Giulia. 




Cette dernière lui consacrera un livre en 2007 La Mémoire de ma mère, évoquant sa maladie d'Alzheimer, racontant les quelques rares moments de lucidité d'Annie Girardot, les soins et les difficultés financières qui en découlent, l'actrice ne touchant à l'époque qu'une retraite de 900 euros par mois. C'est en 2006 que sa famille avait révélé la maladie, diagnostiquée deux ans plus tôt.




 L'actrice Annie Girardot décèdera un lundi à l'hôpital Lariboisière à Paris, à l'âge de 79 ans .«Elle est partie paisiblement. Maman et moi étions à ses côtés», a déclaré Lola Vogel, petite-fille d'Annie Girardot.



 Elle était devenue un symbole de la maladie d'Alzheimer dont les ravages étaient apparus dans Ainsi va la vie, documentaire de Nicolas Baulieu qui l'a filmée pendant huit mois. 

Annie Girardot le jour où elle annonce sa maladie, avec sa fille et petite-fille.



Théâtre :

Annie Girardot arrivant au cinéma Paramount Elysées pour la première parisienne du film "Romeo et Juliette" de Franco Zeffirelli ici en compagnie de Catherine Deneuve, 25 septembre 1968.



1951 : La Reine Mère ou les Valois terribles, opéra-bouffe de Pierre Devaux, musique Georges van Parys, mise en scène Michel de Ré, théâtre du Quartier Latin
1954 : Les Boulingrin de Georges Courteline
1954 : La Tour Eiffel qui tue de Guillaume Hanoteau, mise en scène Michel de Ré, théâtre du Quartier Latin
1954 : Tartuffe ou l'Imposteur de Molière, mise en scène Georges Le Roy, Comédie-Française (salle Richelieu) : Dorine
1954 : Les Amants magnifiques de Molière, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française : Cléonice
1955 : L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel, mise en scène Julien Bertheau, Comédie-Française
1955 : Aux innocents les mains pleines d'André Maurois, mise en scène Jacques Charon, Comédie-Française
1955 : Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux, mise en scène Maurice Escande, Comédie-Française
1956 : L'Amour médecin de Molière, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française
1956 : La Nuit des rois de William Shakespeare, Comédie-Française
1956 : La Machine à écrire de Jean Cocteau, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française (salle Luxembourg)18
1956 : Les Femmes savantes de Molière, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française (salle Richelieu) : Martine
1957 : Les Misérables de Paul Achard d'après Victor Hugo, mise en scène Jean Meyer, Comédie-Française : Éponine
1957 : Mademoiselle de Jacques Deval, mise en scène Robert Manuel, Comédie-Française (salle Luxembourg) : Christiane
1957 : La Fausse Suivante de Marivaux, Comédie-Française
1957 : Une femme trop honnête d'Armand Salacrou, mise en scène Georges Vitaly, théâtre royal des Galeries, tournée
1958 : Deux sur la balançoire de William Gibson, adaptation Louise de Vilmorin, mise en scène Luchino Visconti, théâtre des Ambassadeurs
1958 : L'Impromptu de Barentin de André Maurois, festival de Barentin
1960 : L'Idiote de Marcel Achard, mise en scène Jean Meyer, théâtre Antoine
1965 : Après la chute d'Arthur Miller, mise en scène Luchino Visconti, théâtre du Gymnase
1965 : Le Jour de la tortue de Pietro Garinei et Sandro Giovannini, adaptation Albert Husson, mise en scène des auteurs assistés de Robert Manuel, théâtre Marigny
1966 : Perséphone d' Igor Stravinski, d'après André Gide, Scala de Milan : récitante
1966 : Seule dans le noir de Frédéric Knott, adaptation Raymond Castans, mise en scène Raymond Rouleau, théâtre Édouard VII
1975 : Madame Marguerite de Roberto Athayde, mise en scène Jorge Lavelli, théâtre Montparnasse
1982 : Revue et corrigée de et mis en scène par Bob Decout, Casino de Paris
1986 : L'Avare de Molière, mise en scène Roger Planchon, avec Michel Serrault, TNP Villeurbanne, théâtre Mogador
1987 : Première Jeunesse de Christian Giudicelli, mise en scène Jean-Marc Grangier, théâtre La Bruyère
1988 : Le roi se meurt d'Eugène Ionesco, mise en scène René Dupuy, avec Daniel Ivernel, théâtre des Célestins, théâtre des Bouffes du Nord
1991 : Heldenplatz de Thomas Bernhard, mise en scène Jorge Lavelli, théâtre national de la Colline
1992 : La Famille écarlate de Jean-Loup Dabadie, mise en scène Jacques Échantillon, en tournée
1993 : Madame Marguerite de Roberto Athayde, adaptation Jean-Loup Dabadie, mise en scène Valéry Akhadov, Magnitogorsk théâtre
1995-1996 : Les Chutes du Zambèze de Daniel Soulier, mise en scène Daniel Soulier et Jean-Christian Grinevald, théâtre national de Chaillot puis théâtre de la Main d'Or
1997 : Descente aux plaisirs de Jean-Pierre Coffe, mise en scène Pierre Mondy, théâtre Fontaine
1998-1999 : Le 6e Ciel de Louis-Michel Colla, mise en scène Jean-Luc Moreau, théâtre Saint-Georges puis Studio des Champs-Élysées, tournée
2001 : Nuit dans les jardins d'Espagne (Moulins à paroles) d'Alan Bennett, adaptation Jean-Marie Besset, mise en scène Thierry Harcourt, théâtre Molière
2001-2002 : Madame Marguerite de Roberto Athayde, adaptation Jean-Loup Dabadie, mise en scène Jean-Luc Moreau, théâtre de la Gaîté-Montparnasse puis Le Splendid, suivi d'une tournée jusqu'en 2004.

Cinéma :

Brigitte Bardot et Annie Girardot.




1950 : Pigalle-Saint-Germain-des-Prés d'André Berthomieu : figuration
1950 : Sans laisser d'adresse de Jean-Paul Le Chanois : une jeune femme demandant si le taxi est libre
1955 : Treize à table d'André Hunebelle : Véronique Chambon
1956 : L'Homme aux clés d'or de Léo Joannon : Gisèle
1956 : Reproduction interdite ou Meurtre à Montmartre de Gilles Grangier : Viviana
1956 : Le Pays d'où je viens de Marcel Carné : apparition
1957 : Le rouge est mis de Gilles Grangier : Hélène, l'amie de Pierre
1957 : L'amour est en jeu ou Ma femme, mon gosse et moi de Marc Allégret : Marie-Blanche Fayard
1957 : Maigret tend un piège de Jean Delannoy : Yvonne Maurin
1958 : Le Désert de Pigalle de Léo Joannon : Josy
1959 : La Corde raide de Jean-Charles Dudrumet : Cora
1960 : Recours en grâce de László Benedek : Lilla
1960 : La Française et l'Amour de Christian-Jaque, sketch Le Divorce : Danielle
1960 : Rocco et ses frères de Luchino Visconti : Nadia
1961 : La Proie pour l'ombre d'Alexandre Astruc : Anna
1961 : Les Amours célèbres de Michel Boisrond, sketch Les Comédiennes : Mlle Duchesnois
1961 : Le Rendez-vous de Jean Delannoy : Madeleine
1961 : Le Bateau d'Émile ou Le Homard flambé de Denys de La Patellière : Fernande
1961 : Le crime ne paie pas de Gérard Oury, sketch L'Affaire Fenayrou : Gabrielle Fenayrou
1961 : 21 rue Blanche à Paris de Quinto Albicocco : narratrice
1962 : Smog de Franco Rossi
1962 : Le Vice et la Vertu de Roger Vadim : Juliette Morand, « le vice »
1962 : Pourquoi Paris ? de Denys de La Patellière
1963 : Le Jour le plus court de Bruno Corbucci (inédit) : l'infirmière
1963 : Les Camarades de Mario Monicelli : Niobe
1963 : Les Hors-la-loi du mariage (I Fuorilegge del matrimonio) des frères Taviani et Valentino Orsini : Margherita
1963 : L'Autre Femme de François Villiers : Agnès Denis
1964 : Le Mari de la femme à barbe de Marco Ferreri : Maria
1964 : La Bonne Soupe de Robert Thomas : Marie-Paule 2
1964 : Un monsieur de compagnie de Philippe de Broca : Clara
1964 : Ah ! les belles familles, sketch : Il principe d'azzuro de Ugo Gregoretti : Maria
1964 : Une volonté de mourir (Una voglia da morire) de Duccio Tessari
1964 : Déclic...et des claques (L'Esbroufe) de Philippe Clair : Sandra
1965 : Guerre secrète, sketch de Christian-Jaque : Monique
1965 : Trois chambres à Manhattan de Marcel Carné : Kay Larsi
1965 : Une femme disponible (La ragazza in prestito) d'Alfredo Giannetti : Clara
1966 : Les Sorcières, sketch La Sorcière brûlée vive de Luchino Visconti : Valeria
1967 : Vivre pour vivre de Claude Lelouch : Catherine Colomb
1967 : Le Journaliste (Zhurnalist) de Sergueï Guerassimov
1968 : Les Gauloises bleues de Michel Cournot : la mère
1968 : Une histoire de femme (Storia di una donna) de Leonardo Bercovici : Liliana
1968 : La Bande à Bonnot de Philippe Fourastié : Marie la Belge
1968 : Il pleut dans mon village d'Aleksandar Petrović
1968 : Disons, un soir à dîner de Giuseppe Patroni Griffi : Giovanna
1969 : Erotissimo de Gérard Pirès : Annie
1969 : La Vie, l'Amour, la Mort de Claude Lelouch (apparition)
1969 : La Semence de l'homme de Marco Ferreri : la femme étrangère
1969 : Un homme qui me plaît de Claude Lelouch : Françoise
1969 : Dillinger est mort de Marco Ferreri : la fille
1970 : Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! de Michel Audiard : Germaine
1970 : Les Novices de Guy Casaril : Mona-Lisa, la prostituée
1970 : Le Clair de Terre, de Guy Gilles : Maria
1971 : Mourir d'aimer d'André Cayatte : Danièle Guénot
1971 : La Mandarine d'Édouard Molinaro : Séverine
1972 : La Vieille Fille de Jean-Pierre Blanc : Muriel Bouchon
1972 : Les Feux de la Chandeleur de Serge Korber : Marie-Louise

Téléfilms :




1955 : L'Illusionniste de François Gir
1956 : L'Homme qui assassina de Jean-Paul Carrère
1957 : La Nuit des rois de Claude Loursais : Viola / Sébastien
1968 : Le Pain de ménage de Marcel Cravenne
1979 : Profession comédien, documentaire de Claude Barma et Jean-Claude Login : elle-même
1981 : La Dernière Nuit de Marie Stuart de Didier Decoin : Marie Stuart
1983 : Père Noël et fils d' André Flédérick
1985 : Un métier de seigneur d'Édouard Molinaro : la mère
1986 : La Baleine blanche de Paco Sanchez
1988 : The Legendery Life of Ernest Hemingway, documentaire de Maria Sanchez-Silva
1988 : L'atro enigma ou Affabulazione de Vittorio Gassman et Carlo Tuzi : la mère
1988 : Le Front dans les nuages de Paul Vecchiali : Germaine
1992 : En mémoire de Caroline (A Cry in the Night) de Robin Spry : Reine
1992 : Les Merisiers de Pierre Lary : Sophie Ragueneau
1993 : Échec et Mat (Colpo di coda) de José-Maria Sanchez Silva : Mme Duclos
1993 : Un pull par dessus l'autre de Caroline Huppert : Mme Belin
1994 : Jeanne de Robert Mazoyer : Mme Marsilly
1995 : Le Dernier Voyage de Bruno Gantillon : Yvonne
1996 : Tout ce qui brille de Lou Jeunet : Édith
1996 : Shangai 1937 (Hôtel Shangaï) de Peter Patzak
1996 : Petite Sœur de Marion Sarraut : Léa Botelli
1996 : Noces cruelles de Bertrand Van Effenterre : Élisabeth / Marie
1997 : Une soupe aux herbes sauvages d'Alain Bonnot : Émilie Carles âgée
1997 : Le Viager ou le Rêve de Constance (Nuda proprietà vendesi) d'Enrico Oldoini : Costanza
1998 : La Façon de le dire de Sébastien Grall : Geneviève
2000 : Le Bois du Pardoux de Stéphane Kurc : Marie
2001 : Les Fleurs de Maureen de Dominique Baron : Rosalie
2001 : Le Marathon du lit de Bruno Gantillon : Clotilde
2002 : Michel Audiard et le Mystère du triangle des Bermudes, documentaire de François Régis, Jeanne et Stéphane Roux : elle-même
2003 : Simon le juste de Gérard Mordillat : Broncka
2003 : Louis de Funès : La Comédie humaine, documentaire de Philippe Azoulay : elle-même
2004 : La Petite Fadette de Michaëla Watteaux : la mère Fadet
2004 : Annie Girardot, comme au cinéma, documentaire de Nicolas Baulieu : elle-même
2004 : Allons petits enfants de Thierry Binisti : Marthe
2004 : Paris Romance, documentaire de Serge Korber : narration
2007 : Vorotily d'Anton Koskov : Mme Girard
2008 : Annie Girardot : Ainsi va la vie, documentaire de Nicolas Baulieu : elle-même.

Discographie :




1962 : Notre amour se ressemble sur la BO du Bateau d’Émile (45 t. Barclay Records)
1965 : Le Jour de la tortue, comédie musicale avec Philippe Nicaud (33 t. Barclay Records)
1967 : Des ronds dans l’eau avec Nicole Croisille sur la BO de Vivre pour vivre (45 tours EP Disc’Az)
1968 : La Femme aux faux-cils, paroles Jean-Loup Dabadie, musique Michel Polnareff, utilisée dans le film Erotissimo
1970 : Chacun son homme avec Brigitte Bardot sur la BO des Novices (45 t. Barclay Records)
1971 : Le Temps du lumbago sur la BO de La Mandarine (33 t. RCA)
1973 : Le Zizou de Zouzou / Ursule et Grelu avec Bernard Fresson sur la B. O. de Ursule et Grelu (45 t. single Polydor)
1977 : Le Dernier Baiser / L’Argentin sur la BO du Dernier Baiser (45 t. single Pathé Marconi-EMI)
1979 : Absence prolongée (avec Dany Brillant) / Les Miroirs (45 t. single et maxi 45 t., Disques Carrère)
1981 : Ce que j’ai dans la tête (33 t. 10 titres CBS Disques)
1982 : Revue et corrigée, comédie musicale (1 titre sur 33 t. collectif Tréma-RCA)
1983 : Marguerite et les autres (14 titres en public sur 33 t. Tréma-RCA)
1984 : Souvenirs, souvenirs sur la BO de Souvenirs, souvenirs (45 t. single Philips)
1984 : Partir, revenir avec Liliane Davis sur la BO de Partir, revenir (33 t. WEA)
2003 : Pluri « elles » avec Serge Lama (CD collectif WEA).

Distinctions :



Elle reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 1999, du président Jacques Chirac le 13 novembre 2000 et dira d'elle « une immense comédienne qui nous bouleverse par sa générosité, sa sincérité, son talent et son amour du public ».
Le 1er mars 2011, est inauguré l'Espace Annie-Girardot au CLIC (Centre local d'information et de coordination) de Montreuil20.

Récompenses :

Catherine Deneuve, Omar Sharif et Annie Girardot réception Prix Triomphe Cinéma 1971.




1956 : Prix Suzanne-Bianchetti pour L'Homme aux clés d'or
12 mars 1965 : Prix Georges Courteline de l'humour cinématographique (remis aux Studios de Boulogne)21
Mostra de Venise 1965 : Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine pour Trois chambres à Manhattan
Festival international du film de Mar del Plata 1968 : Meilleure actrice pour Vivre pour vivre
Prix du Syndicat de la critique 1975 : Meilleure comédienne pour Madame Marguerite
David di Donatello 1977 : Meilleure actrice étrangère pour Cours après moi que je t'attrape
César 1977 : Meilleure actrice pour Docteur Françoise Gailland
7 d'or 1989 de la meilleure comédienne de fiction pour Le Vent des moissons
César 1996 : Meilleure actrice dans un second rôle pour Les Misérables
Prix « reconnaissance des cinéphiles » 1998 décerné à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) par l'Assocation Souvenance de cinéphiles pour l'ensemble de sa carrière.
César 2002 : Meilleure actrice dans un second rôle pour La Pianiste
Molières 2002 : Meilleure comédienne pour Madame Marguerite et Molière d'honneur pour l'ensemble de sa carrière

Nominations :




César 1979 : Meilleure actrice pour La Clé sur la porte
Molières 1991 : Meilleure comédienne pour Heldenplatz.

Hommage :




En 2012, l'Académie des Césars lui rend un hommage tout particulier en mettant une photographie d'Annie Girardot (issue du film Rocco et ses frères) sur l'affiche officielle et le catalogue de la trente-septième cérémonie des Césars, ainsi qu'en diffusant au cours de la cérémonie des extraits de plusieurs de ses films. La fille et la petite-fille de l'actrice étaient présentes.


Quelques jours plus tard, l'Académie des Oscars fait de même dans son traditionnel in memoriam et montre une photographie d'Annie Girardot parmi les personnalités disparues de l'année.
En octobre 2012, la Poste française émet un timbre à son effigie dans la série « Les acteurs du cinéma ».
Une rue de la ZAC de Rungis située dans 13e arrondissement de Paris porte son nom depuis septembre 2012.
Le 8 mars 2013, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, appose une plaque commémorative au 4, rue du Foin, dernière résidence d'Annie Girardot, en présence de Lola et Renato, petits-enfants de la comédienne.
Une rue Annie-Girardot, menant à l’EHPAD « Les Jardins des sens », est inaugurée le 13 juin 2013 à Linselles (Nord) par le maire Jacques Rémory, en présence de Giulia Salvatori, fille de l’actrice disparue.



- Sources personnelles, Wikipédia, YouTube.




1 commentaire:

  1. A l’occasion du 5ème anniversaire de sa disparition, j’inaugure mon blog "séquences-vie d'une scénariste » avec ANNIE GIRARDOT, pour qui j’ai écrit le film: « Une soupe aux herbes sauvages ». Hommage d’amitié, souvenirs drôles et émouvants, anecdotes de tournage, photos. A partager avec ceux qui aimaient La Girardot, et qui ont envie de connaître les coulisses des chaînes de télévision…. http://www.michele-letellier.fr/blog/séquences-vie-d-une-scénariste/ www.michele-letellier.fr scénariste

    RépondreSupprimer