Pages

vendredi 4 octobre 2013

Deborah Kerr ( 30 septembre 1921 - 16 octobre 2007).


Surnommée " The English Rose", l'héroïne du "Narcisse noir" et de "Tant qu'il y aura des hommes" a illuminé de son charme raffiné de nombreux chefs-d'oeuvre du cinéma américain.

Deborah Kerr.



 Deborah Kerr (née Deborah Jane Kerr-Trimer, le 30 septembre 1921 à Helensburgh, Écosse, Royaume-Uni et morte le 16 octobre 2007 à Botesdale, Suffolk, Royaume-Uni), est une danseuse et actrice écossaise qui, après des débuts prometteurs au Royaume-Uni pendant la guerre, devint dans les années 1950 l'une des plus grandes stars d'Hollywood.



Fille d'un vétéran de la Première Guerre, Deborah Jane Kerr-Trimmer naît le 30 septembre 1921 en Ecosse, mais grandit dans la ville anglaise de Bristol. Enfant timide, elle se destine au ballet classique, mais se tourne finalement vers le théâtre avec l'aide de sa tante, professeur d'art dramatique, Deborah se produit pour la première fois dans un ballet en 1937, puis dans une pièce en 1939.

Elle se marie en 1945 avec Anthony Bartley, un militaire avec qui elle a deux filles. Le couple divorce en 1959. Un an plus tard elle épouse le scénariste Peter Viertel.

Elle apparaît l'année suivante dans Espionne à bord, de Michael Powell, mais son rôle est coupé au montage. Le cinéaste se rattrapera en la faisant jouer dans Colonel Blimp, grand succès public et critique, et dans Le Narcisse noir, chef-d'oeuvre de 1947.










Etant déjà sous contrat à la MGM, l'actrice part à Hollywood en 1949 tourner Edward, mon fils, de Cukor, et obtient d'emblée une nomination aux Oscars (elle ne gagnera jamais la statuette, mais sera nommée six fois, un record).




Son maintien British et sa beauté glaciale lui destinent des rôles de femmes réservées dans Les Mines du roi Salomon, Quo Vadis ?, et Le Prisonnier de Zenda, des succès qui ne mettent pas en valeur la diversité de son talent.
































De nouveaux visages...

Libérée de son contrat à la MGM en 1953, Deborah Kerr peut choisir des personnages aux caractères plus affirmés. Elle accepte le rôle retiré à Joan Crawford dans Tant qu'il y aura des hommes, film qui impose une nouvelle image d'elle même, femme sensuelle commmettant l'adultère. Sa célèbre scène d'amour avec Burt Lancaster sur la plage de Pearl Harbor devient un grand classique.













Actrice raffinée, elle obtient aussi de grands succès dans Le roi et Moi, Thé et sympathie de Minnelli (où elle reprend un rôle joué à Broadway), et Elle et Lui, sommet du mélo romantique.







Deborah Kerr et John Kerr dans "Tea and Sympathy". 















A l'âge de 45 ans elle devient la plus âgée des James Bond girls dans Casino Royale...







Refusant les films violents, Deborah Kerr se retire des écrans dans les années 70, pour se consacrer à sa famille (elle a eu deux filles de son premier mariage, avant d'épouser en 1960, le scénariste Peter Viertel).



Également femme de théâtre, elle est nommée Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique (CBE) par la reine Elizabeth II en 1998.

Elle mourra en 2007 des suites de la maladie de Parkinson.
En recevant trois ans plus tôt un Oscar d'honneur, l'actrice avait remercié l'assistance" De lui avoir donné une belle vie".

Filmographie...










1941 : La Commandante Barbara (Major Barbara) de Gabriel Pascal

1941 : Love on the Dole (en) de John Baxter

1942 : Penn of Pennsylvania (en) de Lance Comfort

1942 : Le Chapelier et son Château (Hatter's Castle) de Lance Comfort
1942 : The Day Will Dawn (en) de Harold French avec Ralph Richardson
1943 : Colonel Blimp (The life and Death of Colonel Blimp) de Michael Powell et Emeric Pressburger
1945 : Perfect Strangers (en) de Jack Conway de Alexander Korda avec Robert Donat
1946 : L'Étrange Aventurière (I see a dark stranger)', une comédie sur le nationalisme irlandais.
1947 : Le Narcisse noir (The Black Narcissus), drame religieux dans un monastère catholique aux Indes.
1947 : Marchands d'illusions (The Hucksters) de Jack Conway avec Clark Gable et Ava Gardner
1947 : Quand vient l'hiver (If Winter Comes) de Victor Saville avec Walter Pidgeon
1949 : Edouard mon fils (Edward my son) de George Cukor avec Spencer Tracy
1950 : J'ai trois amours (en) (Please Believe Me) de Norman Taurog avec Robert Walker, Mark Stevens, Peter Lawford
1950 : Les Mines du roi Salomon (King Salomon's mine) de Compton Bennett avec Stewart Granger
1951 : Quo vadis de Mervyn LeRoy avec Robert Taylor
1952 : Le Prisonnier de Zenda (The Prisoner of Zenda) de Richard Thorpe avec Stewart Granger : un classique du film de cape et d'épée
1952 : Tonnerre sur le temple (Thunder in the East) de Charles Vidor avec Alan Ladd
1953 : La Reine vierge (Young Bess) de George Sidney avec Jean Simmons, Stewart Granger
1953 : Jules César (Julius Caesar) de Joseph L. Mankiewicz avec Marlon Brando, James Mason et Greer Garson
1953 : La Femme rêvée (Dream Wife) comédie romantique de Sidney Sheldon avec Cary Grant, Walter Pidgeon
1953 : Tant qu’il y aura des hommes (From here to eternity) de Fred Zinnemann avec Burt Lancaster, Frank Sinatra et Montgomery Clift, le film qui relança la carrière de Frank Sinatra
1955 : Vivre un grand amour (The End of the Affair) drame romantique d'Edward Dmytryk avec Van Johnson
1956 : Un magnifique salaud (en) (The Proud and Profane) drame de guerre de George Seaton avec William Holden
1956 : Le Roi et moi de Walter Lang avec Yul Brynner
1956 : Thé et sympathie (Tea and Sympathy) de Vincente Minnelli avec John Kerr
1957 : Dieu seul le sait (Heaven Knows, M. Allison) de John Huston avec Robert Mitchum
1957 : Elle et Lui (An affair to remember) de Leo McCarey avec Cary Grant
1958 : Bonjour tristesse d'Otto Preminger avec David Niven, Jean Seberg et Mylène Demongeot
1958 : Tables séparées (Separate tables) de Delbert Mann avec David Niven, Rita Hayworth et Burt Lancaster
1959 : Le Voyage (The Journey) d'Anatole Litvak avec Yul Brynner
1959 : J'ai épousé un Français (en) (Count Your Blessings) comédie dramatique de Jean Negulesco avec Rossano Brazzi, Maurice Chevalier
1959 : Un matin comme les autres (Beloved Infidel) drame romantique de Henry King avec Gregory Peck dans le rôle de Francis Scott Fitzgerald
1960 : Horizons sans frontières (The Sundowners) de Fred Zinnemann
1960 : Ailleurs l'herbe est plus verte (The Grass is greneer) de Stanley Donen avec Cary Grant, Robert Mitchum, et Jean Simmons
1961 : La Lame nue (The Nacked edge) de Michael Anderson avec Gary Cooper
1961 : Les Innocents (The Innocents) de Jack Clayton
1963 : Three Roads to Rome avec Jeremy Brett (Grande-Bretagne) épisode de série TV
1964 : Mystère sur la falaise (The Chalk Garden) de Ronald Neame
1964 : La Nuit de l'iguane de John Huston avec Richard Burton et Ava Gardner
1965 : Les Inséparables (en) (Marriage on the Rocks) de Jack Donohue
1966 : L'Œil du malin ou Le Mystère des treize (Eye of the Devil), de J. Lee Thompson
1967 : Casino Royale de Val Guest, Ken Hughes, John Huston, Joseph McGrath et Robert Parrish avec David Niven, Peter Sellers et Orson Welles
1968 : Prudence et la pilule (en) (Prudence and the pill) de Fielder Cook avec David Niven
1969 : Les Parachutistes arrivent (The Gypsy moths) de John Frankenheimer avec Burt Lancaster
1969 : L'Arrangement (The Arrangement) d'Elia Kazan avec Kirk Douglas et Faye Dunaway
1982 : A Song at Twilight (en) avec Paul Scofield épisode de série écrit par Noël Coward TV
1982 : Témoin à charge épisode de série d'après Agatha Christie avec Ralph Richardson, Beau Bridges, Donald Pleasence, Wendy Hiller, Diana Rigg TV
1984 : L'Espace d'une vie:Emma Harte (en) mini-séries de Don Sharp d'après Barbara Taylor Bradford (en) avec Jenny Seagrove, Barry Bostwick, Diane Baker, Stephen Collins, James Brolin, Claire Bloom TV
1985 : The Assam Garden (en) drame de Mary McMurray avec Alec McCowen
1985 : Rendez-vous à Fairboroug téléfilm de Herbert Wise avec Robert Mitchum, Red Buttons, Barry Morse
 TV.


Sources : Biographie personnelle, Filmographie Wikipédia, vidéos YouTube.




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire