Pages

lundi 27 mai 2013

Veronika Lake ( 14 novembre 1922 - 7 juillet 1973).


Citation :

“Je suis une actrice de cinéma parce que ça rapporte de l'argent, et sacrément bien ! Je n'ai jamais voulu être une comédienne... C'est arrivé comme ça et seulement parce que ma mère le voulait”.


 C’est la coiffure de Veronica Lake qui a fait d’elle une star durant les années 40.
Personne avant elle n’avait eu l’idée de porter les cheveux aussi longs, de les laisser tomber devant l’œil et de les rejeter sans cesse en arrière d’un geste de la main.


Une chanson a immortalisé cette coiffure dans « Star spangled Rythm » film Paramount de 1942 dont le titre : « a Sweater, a sarong and a Peek-a-Boo-Bang », fait référence à trois des stars maison des années 40, Paulette Goddard, Dorothy Lamour et Véronica Lake.



Cette coiffure peu pratique fut tellement imitée par les ouvrières d’usine que le gouvernement américain demanda en 1943 à Veronica Lake une démonstration du danger des cheveux longs dans les usines de guerre.





 Veronica Lake avait beaucoup plus à offrir au public (et aux producteurs) que sa coiffure.
Sa voix rauque, son regard sensuel et son allure désinvolte en ont fait une des stars les plus sexy des années de guerre.
Associée à Alan Ladd, ils ont formé le genre de combinaison chimique qui, plus tard, devait rendre exceptionnelle la collaboration de Lauren Bacall et de Humphrey Bogart (le style de coiffure de Bacall était du reste modelé sur celui décrit ci-dessus. De même pour Lizabeth Scott).

Constance Frances Marie Ockleman (son vrai nom) naquit le 14 novembre 1919 à Brooklyn, mais c’est sous le nom de Constance Keane qu’elle débutera sa carrière en 1939. Keane est le nom de famille qu’elle prendra après la mort de son père et le remariage de sa mère avec Anthony Keane.


Elle commence sa carrière en tant que figurante à la RKO et deux ans après ses modestes débuts, elle change de nom et rencontre la célébrité en interprétant une chanteuse de cabaret ambitieuse en 1941 dans « I wanted wings » où elle arbore cette coupe de cheveux.
La même année, on peut la voir au côté de Joel Mc Crea dans un chef d’œuvre de Preston Sturges « Sullivans travels ».













En 1942, immersion dans les films noirs avec « Tueurs à gages » (où elle joue le rôle d’une chanteuse, danseuse qui se lie par hasard avec le tueur) et « La clé de verre » (en fille du candidat au poste de gouverneur) où le couple formé avec Alan Ladd, fait merveille. Elle incarne l’archétype de la femme fatale.












La même année, elle excelle en sorcière dans ce classique de Réné Clair, notre compatriote, qu’est « I married a witch ».















1943, elle joue une infirmière qui va saluer les japonais avec une grenade entre les seins dans « Les anges de la miséricorde ».








Les années suivantes lui donnèrent encore trois fois Alan Ladd comme partenaire, on ne change pas un couple qui gagne. Sa petite taille en faisait une actrice à la hauteur pour Alan Ladd.

1945 - « la taverne de duffy »
1946 - « le dahlia bleu » sur un scénario de Raymond Chandler
1948 - « Saïgon »




















La fin des années 40 voit aussi le déclin de sa carrière, elle sombre dans la série B et en 1949 la Paramount ne renouvelle pas son contrat et l’abandonne au profit d’actrices plus malléables et moins indépendantes.

Elle ne tournera plus qu’épisodiquement. Surviennent alors des difficultés financières et des problèmes liés à l’alcool.
Une autre partenaire récurrente d’Alan Ladd dans les années 40, Gail Russell, rencontrera les mêmes soucis.

Pour Veronica Lake, les dettes s’amoncellent et les portes d’Hollywood se referment, elle tentera sa chance au théâtre mais le succès ne sera pas au rendez-vous. Et en 1952, elle décidera de dire adieu à la Californie, débarquera à New-York….. Et sombrera doucement dans l’oubli.



Son autobiographie « Veronica » sort en 1969 ; elle y règle ses comptes avec la Mecque du cinéma.
Elle disparaît à tout jamais le 7 juillet 1973 à l’âge de 53 ans, une hépatite l’a emportée.
Ses cendres seront dispersées au large des îles Vierges.


En 1962, Un journaliste la découvrit entrain de travailler comme Barmaid dans un pud new-yorkais.
Grâce à cet article, elle reçut quelque offres.

 Plusieurs films contemporains de Veronica Lake ont fait allusion à l'actrice au cours de leur action. Par exemple The Major and The Minor de Billy Wilder, où le bal final voit débarquer un contingent de jeunes filles du pensionnat, arborant toutes la coupe caractéristique de Veronica Lake ; ou encore dans Shadow of A Doubt d'Alfred Hitchcock, où la petite Ann termine ses prières en demandant à Dieu de bénir sa famille, Veronica Lake et le Président des Etats-Unis.



Dans le film L.A. Confidential, adapté du roman de James Ellroy, Kim Basinger joue le rôle d'un sosie de Veronica Lake avec sa coiffure caractéristique. Le roman fait partie d'une série de quatre dont le premier tome, Le Dahlia noir, est inspiré de la célèbre affaire criminelle du Dahlia Noir et rappelle aussi le titre du film Le Dahlia bleu dans lequel Veronica Lake tient l'un des rôles principaux.

La pin-up Jessica Rabbit, dans le dessin animé Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, a été conçue sur le modèle de Veronica Lake.

Le tueur de Still Life 2 est fasciné par cette actrice, on peut également faire une recherche dans l'ordinateur du tueur à propos de cette femme.



Quatre mariages, quatre enfants :

- John S. Detlie (25/09/40 – 02/12/1943).
2 enfants : Elaine Detlie (née le 21/08/1941) et William (né le 15/07/1943).



- André De Toth (13/12/1944 – 02/06/1952).
2 enfants : André Michael De Toth (né le 25/10/1945) et Diana (née le 16/10/1948).






- Joseph A. Mc Carthy (28/08/1955- 1959).



- Robert Carleton Munro (juin 1972- 07/07/1973).



Filmographie :

Cinéma :



1939 : Sorority House de John Farrow : Une figurante
1939 : The Wrong Room de Lou Brock (Court-métrage) : La mariée de l'Avocat
1939 : Dancing Co-Ed de S. Sylvan Simon : Une figurante
1939 : Deuxième à gauche (All Women Have Secrets) de Kurt Neumann : Une figurante
1940 : Young as You Feel de Malcolm St. Clair
1940 : Forty Little Mothers de Busby Berkeley
1941 : L'Escadrille des jeunes (I Wanted Wings) de Mitchell Leisen : Sally Vaughn
1941 : Par la porte d'or (Hold Back the Dawn) de Mitchell Leisen : Une actrice
1941 : Les Voyages de Sullivan (Sullivan's Travels) de Preston Sturges : Mary Wilson
1942 : Tueur à gages (This Gun for Hire) de Frank Tuttle : Ellen Graham
1942 : La Clé de verre (The Glass Key) de Stuart Heisler : Janet Henry
1942 : Ma femme est une sorcière (I Married a Witch) de René Clair : Jennifer
1942 : Au pays du rythme (Star Spangled Rhythm) de George Marshall : Elle-même
1943 : Les Anges de miséricorde (So Proudly We Hail!) de Mark Sandrich : Olivia d'Arcy
1944 : The Hour Before the Dawn de Frank Tuttle : Dora Bruckmann
1945 : L'Or et les Femmes (Bring on the Girls) de Sidney Lanfield : Teddy Collins
1945 : Un cœur aux enchères (Out of This World) de Hal Walker : Dorothy Dodge
1945 : Duffy's Tavern de Hal Walker : Veronica Lake
1945 : Épousez-moi chérie (Hold That Blonde) de George Marshall : Sally Martin
1946 : Le Bel Espoir (Miss Susie Slagle's) de John Berry : Nan Rogers
1946 : Le Dahlia bleu (The Blue Dahlia) de George Marshall : Joyce Harwodd
1947 : Femme de feu (Ramrod) d'André De Toth : Connie Dickason
1947 : Hollywood en folie (Variety Girl) (1947) de George Marshall : elle-même
1948 : Trafic à Saïgon (Saigon) de Leslie Fenton : Susan Cleaver
1948 : Deux sacrées canailles (The Sainted Sisters) de William D. Russell : Letty Stanton
1948 : Les Filles du major (Isn't It Romantic?) de Norman Z. McLeod : Candy Cameron
1949 : La Furie des tropiques (Slattery's Hurricane) d'André De Toth : Dolores Greaves
1951 : Stronghold de Steve Sekely : Mary Stevens
1966 : Des pas sur la neige (Footsteps in the Snow) de Martin Green
1970 : Flesh Feast de Brad F. Grinter : Dr. Elaine Frederick.

Télévision :



1950-1951 et 1953 : Lux Video Theatre (Série TV) : Stormy Denton / Lou / Beverly
1951 : Somerset Maugham TV Theatre (Série TV) : Valérie
1952 : Celanese Theatre (Série TV) : Abby Fane
1952 : Tales of Tomorrow (Série TV) : Paula
1952 : Goodyear Television Playhouse Theatre (Série TV) : Judy 'Leni' Howard
1954 : Broadway Television Theatre (Série TV) : Nancy Willard.



Sources personnelles, pour la filmographie Wikipédia.

1 commentaire:

  1. C'est étrange, une telle star des années 40, disparue si vite. Aucun autre studio ne voulait d'elle ? Marlene, Joan Crawford, ont retrouvé un studio après avoir été virées.
    Merci.

    RépondreSupprimer