Pages

mercredi 29 mai 2013

Le Chevalier de la Vengeance ( Son of Fury), 1942.


 The Story of Benjamin Blake.





Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake) est un film américain réalisé par John Cromwell, sorti en 1942.


Titre : Le Chevalier de la vengeance
Titre original : Son of Fury: The Story of Benjamin Blake
Réalisation : John Cromwell
Scénario : Philip Dunne, d'après le roman Benjamin Blake de Edison Marshall
Production : Darryl F. Zanuck et William Perlberg producteur associé
Société de production et de distribution : 20th Century Fox
Musique : Alfred Newman
Photographie : Arthur C. Miller
Montage : Walter Thompson
Direction artistique : James Basevi et Richard Day
Décorateur de plateau : Thomas Little
Costumes : Gwen Wakeling et Sam Benson
Maquillage : Guy Pearce
Pays d'origine : États-Unis
Format : Noir et blanc - Son : Mono (Western Electric Mirrophonic Recording)
Genre : Film d'aventures
Durée : 98 minutes
Dates de sortie :  États-Unis : 29 janvier 1942 ;  France : 7 mars 1947.



Distribution :

Tyrone Power : Benjamin Blake

Gene Tierney : Eve
George Sanders : Sir Arthur Blake
Frances Farmer : Isabel Blake
Elsa Lanchester : Bristol Isabel
Kay Johnson : Helena Blake
John Carradine : Caleb Green
Harry Davenport : Amos Kidder
Dudley Digges : Bartholomew Pratt
Roddy McDowall : Benjamin Blake jeune
Halliwell Hobbes : Purdy
Pedro de Cordoba : Feenou
Heather Thatcher : Maggie Martin
Arthur Hohl : Capitaine Greenough
Dennis Hoey : Lord Tarrant
Ray Mala : Marnoa
Robert Greig : Juge
Leonard Carey (non-crédité) : Tom






Synopsis :

Benjamin Blake  est orphelin et se retrouve aux bons soins de son grand-père fabricant d'armes à feu. Il pourrait couler des jours paisibles dans cette petite boutique, mais voilà que débarque son oncle, gentleman-fighter (excellent George Sanders qui nous fait apprécier sa musculature et son air arrogant), homme richissime qui décide de s'occuper de son neveu - l'histoire court que Benjamin se devrait d'être l'héritier du domaine familial, mais en l'absence de toute preuve du mariage de son père (parti et mort aux Indes) et donc des droits du gamin, aucun recours ne semble possible. On pense que son oncle va éduquer le gamin en bonne et dûe forme, mais il n'en est rien, sitôt arrivé Ben prend le chemin des écuries et ne tarde point à mordre la poussière sous les coups du jeune chef palefrenier. Le temps passe, Ben a grandi, est amoureux de... sa cousine germaine Isabel (Frances Farmer, joli minois de blonde sophistiquée) et va forcément subir à nouveau le courroux de son oncle. Les deux hommes sont à deux doigts de s'entretuer et Ben décide de mettre les bouts pour partir sur les traces de son père aux Indes...

 Il rencontre sur le navire un certain Caleb Green (John Carradine et son physique décharné) qui lui parle d'une île où l'on peut trouver des perles grosses comme celles de la tour de Shanghai. Ben et Caleb, arrivés en vue de cette terre, se font la malle en catimini, et après un petit rituel pour être pacifiquement acceptés (Ben montre ses coups de fouets dans le dos, ce qui marque des points, nos habitants ayant auparavant croisé la route de conquérants espagnols...) s'installent dans l'île... Outre les perles des fonds marins, s'en trouve une autre en surface, Gene Tierney. Même si elle parle pas un mot d'anglais et se dit volontiers "stweupid", Ben la prend sous son aile, décide de lui apprendre la langue avec une méthode dont je doute du bien fondé mais qui marche, ou de lui apprendre à se servir d'un couteau et d'une fourchette : la belle est maladroite et Ben voit bien que, manger avec la main demeure tout de même plus pratique. Vie idyllique, jusqu'à ce qu'un navire pointe à l'horizon : Ben décide alors d'abandonner sa conquête; reste à savoir si la vie de château lui conviendra mieux que celle sur le sable...


Etrangement, la Fox décide de tourner ce film en noir et blanc plutôt que d'opter pour le Technicolor. Probablement un choix dicté par une envie d'économie. Pourtant le film d'aventure de John Cromwell, d'après le livre de Edison Marshall, aurait gagné à se parer de jolies couleurs ne serait-ce que pour les passages exotiques. Mais, le noir et blanc du film n'en demeure pas moins une belle réussite que ce soit lors des passages se déroulant à Londres ou bien dans les îles du Pacifique. 


L'histoire va donc nous narrer l'aventure de Benjamin depuis son enfance jusqu'à son retour à Londres. Au centre, il devient marin et pêcheur de perles sur une île habitée par une tribu d'indigènes présumés cannibales. De quoi passer un peu plus d'une heure et demi à travers le monde en compagnie de Tyrone Power. 


Mais le casting ne se pare pas seulement de la vedette de la Fox puisque l'on retrouve du beau monde au générique. Ainsi, le vilain Sir Blake est joué par George Sanders.

George Sanders.


 Mais on retrouve aussi Elsa Lanchester dans un petit rôle, John Carradine ou encore Roddy MacDowell qui incarne le jeune Benjamin. D'ailleurs, la toute première partie du film s'avère très réussie que ce soit dans le déroulement des évènements ou les dialogues. 

John Carradine a déjeuné à la Fox dans son costume de "Son of Fury", 1942.


Roddy MacDowell.


L'enfance de Benjamin impose de manière rapide et efficace tous les enjeux de l'intrigue et le tout avec un charme incontestable. 

Gene Tierney sur l'ensemble de Son of Fury. 


Et Gene Tierney qui fait ici une apparition enfin remarquée, après un début de carrière médiocre, notamment dans « Le Retour de Frank James » qui avait suscité la sévère critique d'un magazine, selon laquelle, Tierney serait la pire révélation cinématographique de l’année 1940. 



























2 commentaires:

  1. Je ne savais pas que Tyrone Power avait joué dans un film de ce genre, en paréo... Belle distribution, Gene Tierney et le grand George Sanders.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Tyrone a joué pas mal de genres différents lol, c'est vrai qu'en paréo c'est rare ! Merci à vous.

    RépondreSupprimer