Pages

samedi 4 mai 2013

La mode dans les années 50....

" On ne naît pas femme : on le devient."
  Simone de Beauvoir.

Une femme nouvelle est en train de naître....

La mode dans les années 50 ? Commençons l'histoire par le bas. Car c'est bien ce petit morceau de Nylon qui occupe la femme au début de la décennie. Les premiers ne tiennent pas, ternissent et sont beaucoup trop transparents.



La publicité vient au secours des fabricants : " Mes bas ont plus d'un an ", prétend-elle. Il faudra ensuite convaincre les usagers que les chemises en Nylon suppriment le repassage et que le Tergal a une tenue impeccable !








Les années cinquante marquent aussi le début du prêt-à-porter qui s'adresse à la classe moyenne. Il s'agit généralement d'une adaptation plus démocratique de la nouvelle génération de créateurs qui impose les tendances de Givenchy, Pierre Cardin, Yves Saint-Laurent.

Givenchy.





Pierre Cardin.







Yves Saint-Laurent.







1959 - Chez Dior Yves Saint Laurent et Tessa Beaumont, danseuse - Avec la robe de mariage de Farah Dibah - Parisienne de photographie



De Christian Dior, chef de la tendance New Look, " Le Jardin des Modes" parle en ces termes : "Christian Dior a réagi à temps, la femme nouvelle qu'il fait naître est une femme avec plus de réserve mais beaucoup plus jeune. Elle a les épaules sans volume, un buste long, des hanches discrètement dessinées. Ce n'est plus une silhouette arbitraire et inhumaine."

Christian Dior.





Des vêtements adaptés à la vie moderne.

L'époque aime à la fois les étoffes naturelles et issues de la chimie. Le jersey des années 20 retrouve sa place tant au travail  que pour les loisirs : chinés, côtelés, nid d'abeille ou mouchetés.
Coco Chanel, qui a rouvert sa maison de couture fermée en 1939, réintroduit le tweed, les pieds-de-poule et les prince de Galles, également issus des années 20.





Autre tendance importante celle de Cristobal Balenciaga qui crée des vêtements à la coupe sobre et droite. Il préconise les lainages unis aux motifs fondus, emprunte à la mode masculine mais favorise les tissus souples et légers. Il est sans doute le premier à défendre des vêtements adaptés à la vie moderne qui se dessine aussi pour les femmes.






Jusqu'alors sage et passe-partout, la mode des années 50 va progressivement évoluer vers plus de couleurs, de motifs stylisés.
Pour le meilleur et pour le pire les couleurs sont franches et primaires, vives et brillantes : rouge, bleu, jaune et ne sont pas sans rappeler les couleurs des matériaux nouveaux comme le formica qui ont envahi l'ameublement.
L'époque verra aussi se développer la tendance fort peu sexy des robes tabliers en matière synthétique.










Mais soudain, en 1956, le magazine Elle constate " un retour au frais pour le grand soleil, retour joyeux des robes de cotonnades légères et fraîches qu'elles soient unies ou imprimées"







Une tendance qui trouvera toute sa justification lorsque Brigitte Bardot imposera le vichy rose et blanc avec une robe de mariage créée en 1958 par Jacques Esterel.

















1 commentaire:

  1. Marlene a porté les vêtements des plus grands couturiers, des années 30 au années 70, mais son préféré était Balenciaga.
    Elle a été d'ailleurs enterrée avec un ensemble noir veste-pantalon de ce créateur.
    Merci.

    RépondreSupprimer