Pages

samedi 13 avril 2013

Claudette Colbert (13 septembre 1903 - 30 juillet 1996).



« Si les grand-parents et les petits enfants s’entendent si bien... c’est parce qu’ils ont un ennemi en commun : la mère !  »
de Claudette Colbert

Introduction :


  Claudette Colbert est remarquée par Frank Capra qui lui donne son premier rôle  dans For the Love of Mike (1927). Déçue par le cinéma, elle retourne au théâtre jusqu'à l'avènement du parlant.



 Après l'avoir vue dans quelques mélodrames, le public est séduit par sa beauté malicieuse et sa voix raffinée. Sa séduction triomphe grâce à son interprétation de deux personnages d'une grande démesure, offerts par Cecil Blount DeMille : Poppée dans Le Signe de la croix (1932) et le rôle titre de Cléopâtre (1934).










 C'est cependant à la comédie sophistiquée qu'elle donne toute la mesure de son talent, faisant découvrir au public américain un nouveau modèle féminin pétri d'humour et d'élégance. Elle remporte un grand succès avec New York-Miami ou It Happened One Night (1934) de Frank Capra puis apparaît dans plusieurs comédies d'Ernst Lubitsch (La Huitième Femme de Barbe-Bleue, 1938) ou de Mitchell Leisen (La Baronne de minuit ou Midnight, 1939)
























Sous la direction des meilleurs réalisateurs du moment, largement rémunérée par la Paramount à laquelle elle est liée par contrat, Claudette Colbert semble se contrôler parfaitement. Ni les hommes, qu'elle n'hésite pas à narguer, ni les éléments les plus loufoques ne semblent la perturber.

 Par la suite, elle excelle dans des rôles plus dramatiques d'épouse Sur la piste des Mohawks, 1939, de John Ford  et Depuis ton départ, 1944, de John Cromwell)














Son il narquois brille encore dans la comédie à succès L'Œuf et moi (The Egg and I) (1947) de Chester Erskine, et une de ses dernières grandes apparitions est celle réservée à un de ses rares films français, Si Versailles m'était conté (1953) de Sacha Guitry, où elle joue Madame de Maintenon. Claudette Colbert se retire des écrans en 1961 pour se consacrer à la télévision et au théâtre.







  Claudette Colbert mène une carrière active au théâtre après son retrait des écrans. Elle figure notamment dans The Kingfisher (1979), avec Rex Harrison, et dans A Talent for Murder (1983), avec Jean-Pierre Aumont.



A Talent for Murder (1983), avec Jean-Pierre Aumont.



Elle apparaît fréquemment à la télévision. Son dernier téléfilm est The Two Mrs. Grenvilles (1987).




Biographie...

Claudette Colbert, de son vrai nom Claudette Chauchoin naît le 13 septembre 1903 à Paris.



Claudette émigre avec ses parents aux États-Unis en 1912. Ils s'installent à New York où elle apprend le métier de sténodactylo mais son ambition est de devenir actrice. Elle est prise sous contrat à Broadway par le producteur Al Woods où elle tient la vedette d'une demi-douzaine de spectacles jusqu'en 1927.

Parallèlement à sa carrière théâtrale, elle débute au cinéma dans "Pour L'Amour De Mike", réalisé par Frank Capra en 1927.

Le 13 mars 1928, elle épouse Norman Foster (1900-1976) jusqu'en août 1935. Ils n'eurent aucun enfant.




La Paramount rachète son contrat et Claudette Colbert tourne ses premiers films à New York : "Le Trou Dans Le Mur" et "The Lady Lies" (1929). Parlant aussi bien l'anglais que le français, elle partage avec Maurice Chevalier l'affiche de "La Grande Mare" (1930) réalisé dans les deux langues.






Elle obtient son premier grand rôle en 1932 grâce à Cecil B.De Mille dans "Le Signe De La Croix" (la scène où elle prend un bain de lait d'anesse restera célèbre).


 En 1934, elle accepte à contrecoeur d'être l'interprète de "New York-Miami" (1934) de Frank Capra avec Clark Gable : le film s'avère être un immense succès, et parmi les Oscars, elle reçoit celui de la meilleure actrice. La comédienne se demande alors comment orienter sa carrière : vers la comédie ou le drame ? 


Le 24 décembre 1935, elle se marie une seconde fois avec Dr. Joel Pressman jusqu'à son décès le 26 février 1968. Ils n'eurent aucun enfant.



Les offres au cinéma commencent à se faire rares, elle remonte sur scène avec succès.

En 1961, la Warner lui propose son dernier rôle à l'écran dans "La Soif De La Jeunesse" mais le film n'a aucune audience. A partir de cette date, Claudette Colbert cesse toute activité artistique publique.



  Au final, les comédies lui offrent ses meilleures créations. 1935 et 1936 sont les années de sa consécration, elle est élue parmi les 10 vedettes les plus populaires, elle succède à Carole Lombard comme la star la mieux payée de Hollywood.

Au sommet de sa carrière, Claudette Colbert se sacrifie aux caprices des stars : elle exige son caméraman personnel sur tous ses tournages ! Après "La Huitième Femme De Barbe-Bleue" (1938) de Ernst Lubitsch avec Gary Cooper, elle incarne son dernier personnage de fille impossible dans "Zaza" de George Cukor.





En 1939, John Ford fait d'elle une femme pionnier de l'Ouest dans "Sur La Piste Des Mohawks" avec Henry Fonda. Elle refuse un nouveau contrat de 7 ans avec la Paramount, elle travaille en indépendante : "Madame Et Ses Flirts" (1942) est une honnête réussite tout comme "Les Anges De Miséricorde" en hommage au travail des infirmières pendant la guerre. Dans "Depuis Ton Départ" (1945), un drame sur la vie des femmes de soldats, Claudette personnifie à merveille l'épouse américaine.




"Les Anges De Miséricorde".




Par la suite son jeu semble devenir plus mécanique mais le public reste toujours amateur de comédies burlesques. Elle fait un triomphe avec "L'Oeuf Et Moi" (1947).

En 1952, elle part en Angleterre, elle y tourne "La Femme Du Planteur" qui ne sera distribué qu'en Europe. En France, elle joue dans deux films : "Destinées" et "Si Versailles M'Etait Conté…" (1953) avec succès.





En 1961, la Warner lui propose son dernier rôle à l'écran dans "La Soif De La Jeunesse" mais le film n'a aucune audience. A partir de cette date, Claudette Colbert cesse toute activité artistique publique.

Elle meurt le 30 juillet 1996 à Speightstown dans les îles Barbades.

Filmographie :

1927 : Ben lyon et Claudette Colbert dans Le Long des quais 
1927 : Pour l'amour de Mike (For the love of Mike) de Frank Capra 
1929 : Le Trou dans le mur (The Hole in the wall) de Robert Florey 
1930 : La Grande mare (The Big Pond) de Hobart Henley : Barbara Billings 
1930 : Young man of Manhattan de Monta Bell 
1931 : Le Lieutenant souriant (The Smiling Lieutenant) de Ernst Lubitsch : Franzi 
1932 : Le Signe de la croix (The Sign of the cross) de Cecil B. De Mille : Poppée 
1932 : Hollywood on Parade - Court métrage - Documentaire : elle-même 
1933 : Le Long des quais (I cover the Waterfront) de James Cruze : Julie Kirk 
1933 : Hollywood on Parade No. 9 - Film documentaire - Non créditée : elle-même 
1934 : Cléopâtre (Cleopatra) de Cecil B. De Mille : la Reine Cléopâtre 
1934 : Images de la vie (Imitation of Life) de John M. Stahl : Beatrice 'Bea' Pullman 
1934 : New York-Miami (It Happened One Night) de Frank Capra : Ellie Andrews 
1935 : Mon Mari le patron (She Married Her Boss) Gregory La Cava : Julia Scott 
1935 : Mondes privés (Private Worlds) de Gregory La Cava : Dr. Jane Everest 
1936 : Sous deux drapeaux (Under two flags) de Frank Lloyd 
1937 : Le Démon sur la ville (Maid of Salem) de Frank Lloyd 
1937 : Cette nuit est notre nuit (Tovarich) de Anatole Litvak 
1938 : Breakdowns of 1938 - Court métrage - Extrait Tovarich - Non créditée : elle-même 
1938 : Hollywood Goes to Town - Film documentaire - Non créditée : elle-même 
1938 : La Huitième Femme de Barbe-Bleue (Bluebeard's eighth wife) d'Ernst Lubitsch : Nicole de Loiselle 
1939 : Le Monde est Merveilleux (It's a Wonderful World) de W. S. Van Dyke : Edwina Corday 
1939 : La Baronne de minuit (Midnight) de Mitchell Leisen : Eve Peabody 
1939 : Zaza : Zaza de George Cukor 
1939 : Sur la piste des Mohawks (Drums along the Mohawks) de John Ford : Lana (Magdalena) 
1940 : La Fièvre du pétrole (Boom town) de Jack Conway : Elizabeth Bartlett McMasters 
1940 : Arise my love de Mitchell Leisen 
1941 : Adieu Jeunesse (Remember the day) de Henry King 
1942 : Madame et ses flirts (The Palm beach story) de Preston Sturges : Gerry Jeffers 
1943 : Les Anges de miséricorde (So Proudly, We Hail) de Mark Sandrich : Lieutenant Janet Davidson 
1944 : Depuis ton départ (Since You Went Away) de John Cromwell : Mrs. Anne Hilton 
1945 : Désir de femme (Guest wife) de Sam Wood 
1946 : Sans réserve (Without Reservations) de Mervyn LeRoy: Christopher 'Kit' Madden 
1946 : Cœur secret (The Secret heart) de Robert Z. Leonard 
1947 : L'Œuf et moi The Egg and I de Chester Erskine 
1947 : Les Démons de la liberté (Brute Force) - Extrait The Egg and I - Non créditée 
1948 : L'Homme aux lunettes d'écaille Sleep, my love de Douglas Sirk 
1950 : Captives à Bornéo (Three came honte) de Jean Negulesco 
1950 : Tempête sur la colline (Thunder on the hill) de Douglas Sirk 
1951 : Chéri, divorçons (Let's Make It Legal) Richard Sale : Miriam Halsworth 
1952 : La Femme du planteur (The Planteur's wife) de Ken Annakin 
1953 : Destinées (Destini di donne) de Marcel Pagliero - Sketch Elisabeth : Elizabeth Whitefield 
1954 : Si Versailles m'était conté de Sacha Guitry : Madame de Montespan 
1956 : Blithe Spirit - Film TV : Ruth Condomine 
1965 : The Love Goddesses - Film documentaire : elle-même 
1982 : The American Film Institute Salute to Frank Capra - Documentaire TV : elle-même 

Récompenses  :

1935 : Meilleure actrice pour New York - Miami aux Oscars du cinéma, États-Unis 
1936 : Nomination Meilleure actrice pour Private Worlds aux Oscars du cinéma, États-Unis 
1945 : Nomination Meilleure actrice pour Depuis ton départ aux Oscars du cinéma, États-Unis 
1984 : Gala Tribute par Film Society of Lincoln Center 
1987 : Emmy meilleure interprétation dans une série TV pour: The Two Mrs. Grenvilles, au Emmy Awards, États-Unis. 
1988 : Globe d'or (États-Unis): meilleure interprétation dans une série TV pour : The Two Mrs. Grenvilles, 
1989 : Prix pour l'ensemble de sa carrière par : Kennedy Center for Performing Arts 
1990 : Prix Donostia pour l'ensemble de sa carrière : San Sébastian - festival international du film (Espagne).




Sources personnelles, pour la filmographie Wikipédia.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire