Pages

lundi 11 mars 2013

Vivien Leigh ( 5 novembre 1913 - 7 juillet 1967 ).



  Elle a dit :

" je suis du signe du scorpion . Les scorpions se dévorent , se consument."

"Vous rappelez vous le passage ou Scarlett se réjouit que sa mère soit morte et ne puisse voir ce qu'elle est devenue ? et bien Scarlett, C'est moi!"

" Dès que j'entre au théâtre , je me sens en sécurité. J'aime le public, j'aime les gens ,et je joue pour leur faire plaisir."

" Parfois la vérité du texte que je dis m'effraie . Mais il faut que cette frayeur n'apparaisse jamais . c'est cela la merveilleuse discipline du théâtre . J'aime le théâtre pour cette discipline , parce qu' à l'extérieur je ne suis pas du tout disciplinée. Je suis impulsive"

"Vanité, gâtée, arrogante...Tous ces qualificatifs , bien sûr, s'appliquent au personnage. Mais elle fait preuve de courage et de détermination et c'est pourquoi , je pense, de nombreuses femmes doivent secrètement l'admirer - même si nous pouvons difficilement accepter ses nombreux défauts".


 Scarlett par Vivien Leigh, magazine Studio Novembre 1991.

" Jolie est l'un des deux mots de notre langue que j'exècre le plus. (avec belle). A l'école j'y avais sans arrêt droit."

" Eva Peron a eu de la chance . elle est morte à trente-deux ans"

" Sir Laurence Olivier est le plus grand acteur que j'aie jamais connu"

" je vais jouer jusqu'à l'age de 90 ans".


Ils ont dit d'elle :

"Lorsqu'elle est à l'écran , personne ne peut en détacher ses yeux . elle vous hypnotise"

Laurence Olivier.

"Outre son physique , qui était absolument magique , elle avait un très joli maintien ...Elle possédait aussi autre chose : un attrait qui était d'une nature plus troublante que j'eusse jamais connu. C'était probablement son air de dignité qui captivait l'ardente légion de ses admirateurs"
Laurence Olivier.

"Vivien Leigh est si belle qu'elle n'a même pas besoin d'avoir du talent et , elle a tant de talent qu'elle n'a pas même pas besoin d'être jolie. Jamais assurément on n'a vu une actrice aussi parfaite dans son rôle" .
Un critique du New York times au sujet d'"Autant en Emporte le Vent".


"Cette créature exquise et rabelaisienne pouvait vous raconter des histoires scabreuses , de cette voix au timbre clair et glâcé et vous donner envie de pleurer.
George Cukor.

" Tout s'est terminé pour elle le jour ou Laurence est parti. Elle n'avait jamais accepté le divorce".
Michael Redgrave. 

"Elle se serait roulée sur du verre brisée , si elle avait pu penser que cela améliorerait son interprétation".
Elia Kazan.

" Ce n'était que quelques secondes après la dernière sortie de scène et elle s'y trouvait encore...Elle tremblait comme une feuille, ses lèvres étaient toutes frémissantes. Elle m'a saisi par le bras...et m'a dit dans un souffle : "est ce que j' ai été bonne ? Suis je cinglée de jouer ca ?".
Alain Dent au sujet de Vivien et du personnage de Blanche dans "Un tramway nommé désir".



"Dans les longs voiles noirs qu'avait conçu pour elle Christian Dior , elle était resplendissante, irrésistible , comme la plus diabolique des anges".
Jean Louis Barrault au sujet de son interprétation de Paola dans "Duels of Angels" ( 1955).


" Tout le monde lui envoyait des fleurs, et il ne cessait d'en arriver toute la journée. Elle avait en Espagne une admiratrice qui lui envoyait chaque mois une gerbe de roses rouges."
Rosemary Geddes.

" A Hollywood , en 1964, il y avait des dîners que donnait Vivien Leigh dans cette grande maison qu'elle avait louée depuis Londres. Elle les voulaient fastueux , ils l'étaient . Elle n'était plus la femme de Laurence Olivier , mais elle voulait rester Lady Olivier ... Elle était aussi belle que du temps de scarlett'O Hara , elle avait de cette ville des souvenirs fabuleux et elle s'y accrochait. En fin de soirée , la sono jouait le thème d' "Autant en Emporte le vent" , ça la rendait triste mais elle le faisait exprès. D'une heure à l'autre elle était pétillante ou désespérée . Elle était très malade . "Ship of fools" fut son dernier film et elle y est prodigieuse." 
Simone Signoret.

" Elle avait le comportement à attendre d'une altesse impériale , tout à fait fascinant et inattendu " .
Olivia de Havilland.

" Elle ne sera pas oubliée car elle avait quelque chose de magique . Une beauté exceptionnelle , une authentique étoile , une vedette de cinéma consommée , et , au théâtre , une personnalité si riche et si multiple qu'elle pouvait passer de la farce comique de Sabina dans "The Skin of your teeth" à l'agonie pathétique de Blanche Dubois dans Un tramway nommé Désir".
John Gielgud.

" Je sais bien, moi, que semblable à tant d'êtres trop beaux, trop doués, trop comblés, elle est morte de désenchantement. Elle est morte de fatigue pour un amour qu'elle ne pouvait reconquérir, pour des enfants qu'elle ne pouvait avoir...Elle est morte de tristesse"
Jean-Pierre Aumont.

" C'était une grande ...une très grande bonne femme ...Ce visage! Et ce talent! Bon dieu ! On était content d'être sur terre en même temps qu'elle. Et maintenant..maintenant , on se sent ...dépossédé."
Lee Marvin.


 Vivian Mary Hartley, dite Vivien Leigh, née le 5 novembre 1913 à Darjeeling et morte le 7 juillet 19671 à Londres, est une actrice anglaise.

Ses parents et elle déménagèrent d'Inde au Royaume-Uni où la jeune Vivien grandit. Elle fut élevée au Couvent du Sacré Cœur à Roehampton, en même temps que la future actrice Maureen O'Sullivan. 





En 1932, elle se maria avec Herbert Leigh Holman, et en 1933 donna naissance à une fille, Suzanne. Elle continua ses études en obtenant son diplôme de l'Académie Royale de l'Art Dramatique.





Sa carrière démarra sur la scène. Sa première pièce de théâtre fut "The Green Sash", pourtant ce fut "Mask of Virtue" qui la propulsa réellement au statut de star. En 1935, elle débuta sa carrière d'actrice avec des films comme "The Village Squire", "Things are Looking Up" et "Look Up and Laugh".









"Look Up and Laugh".




Vivien Leigh dans "L'Invincible Armada".







En 1937, Vivien Leigh joua au côté de Laurence Olivier, étant sur le point de devenir une légende du théâtre, dans deux films: "L'invincible Armada" (Fire Over England) et "21 Jours Ensemble" (21 Days) (ce dernier film ne sortit qu'en 1940).


 Le rôle le plus connu de Vivien Leigh fut sans doute celui de Scarlett O'Hara dans "Autant en Emporte le Vent"(Gone With The Wind) (1939), pour lequel elle gagna l'Oscar de la meilleure actrice.


 Ce rôle, si convoité, a entraîné une épuisante recherche de talents, où, de nombreuses actrices furent considérées pour le personnage de Scarlett, au côté de Clark Gable. Parmi celles-ci: Norma Shearer, Bette Davis, Jean Arthur, Katharine Hepburn et Barbara Stanwyck. Le producteur David O. Selznick sélectionna secrètement Vivien pour le rôle après l'avoir vue dans le film de la MGM "Vive les Etudiants" (A Yank at Oxford), mais personne ne le sut jusqu'en 1938, quand le tournage commença. Paulette Goddard devait normalement se voir attribuer le rôle de la belle sudiste de Margaret Mitchell.

En 1940, Vivien Leigh divorça de Holman et se remaria avec Laurence Olivier.


 Le couple s'était rencontré en 1935 et avait commencé une liaison amoureuse. Pendant ce temps, tous deux étaient mariés (Olivier à l'actrice Jill Esmond qui était enceinte lors de cette relation).



En 1944, on diagnostiqua que Vivien était atteinte de tuberculose à cause d'une tache au poumon droit. Bien qu'elle continuât sa carrière avec "Skin of Our Teeth"(La peau sur les os) une pièce de Thornton Wilder,


 le film de 1946 "César et Cléopâtre"(Caesar and Cleopatra), et le film épique de 1948 "Anna Karenine"(Anna Karenina), sa maladie empirait.








 En 1952, cependant, Leigh remporta un second oscar pour son interprétation de Blanche Dubois dans "Un tramway nommé désir"(A Streetcar Named Desire).





Lors du début des années 60, Vivien souffrit de deux fausses-couches et la gravité de sa tuberculose l'invalida. Elle fut aussi tourmentée par une maladie maniaco-dépressive durant quelques temps, laquelle était vue comme un facteur d'échec pour soigner sa maladie. Elle a été la patiente du psychanalyste Ralph Greenson.


 En 1960, Olivier et elle divorcèrent mais restèrent amis. Vivien continua à garder une photo de lui sur sa table de chevet, bien qu'elle vécût désormais avec un nouveau compagnon, Jack Merivale. 



L'actrice succomba à une tuberculose chronique dans sa résidence de Londres le 7 juillet 1967. Elle fut incinérée et ses cendres furent dispersées dans le lac Tickerage Mill Pond, non loin de Blackboys, Sussex, à Londres.

 Anecdotes.

 Vivien Leigh possède une étoile au Hollywood Walk of Fame au 6773 Hollywood Blvd. 

A vécu avec Jack Merivale de 1959 jusqu'à sa mort en 1967. 

Grande fumeuse, elle a consommé presque 4 paquets de cigarettes, un jour, lors du tournage de Autant En Emporte le Vent 
Le producteur de la pièce "The Mask of Virtue" lui a un jour suggéré de transformer le "a" de Vivian en "e" ce qui a donné Vivien. 

Ce fut une passionnée des chats, particulièrement des siamois. 

Son rôle préféré fut celui de Myra Lester, qu'elle interpréta dans "Valse dans l'Ombre". 





Marraine de l'actrice Juliet Mills.

En 2011 Caroline Sihol interprète sur scène La Dernière Conférence de Vivien Leigh, texte de Marcy Lafferty.

Vivien Leigh fut envisagée pour jouer avec Conrad Veidt dans "Le Voleur de Bagdad" dirigé par Marc Allégret.

Filmographie.

1935 : The Village Squire de Reginald Denham : Rose Venables
1935 : Things are Looking Up de Albert de Courville : Etudiante
1935 : Look Up and Laugh de Basil Dean : Marjorie Belfer
1935 : Gentlemen's Agreement de George Pearson : Phil Stanley
1937 : L'Invincible Armada (Fire Over England) de William K. Howard : Cynthia
1937 : Le Mystère de la Section 8 (Dark Journey) de Victor Saville : Madeleine Goddard
1937 : Tempête dans une tasse de thé (Storm in a Teacup) de Ian Dalrymple et Victor Saville : Victoria 'Vickie' Gow
1938 : Vive les étudiants (A Yank at Oxford) de Jack Conway : Mrs. Elsa Craddock
1939 : Vedettes du pavé (Sidewalks of London) de Tim Whelan : Liberty Libby
1939 : Autant en emporte le vent (Gone With the Wind) de Victor Fleming : Scarlett O'Hara





1940 : Vingt-et-un jours ensemble (21 Days) de Basil Dean : Wanda
1940 : La Valse dans l'ombre (Waterloo Bridge) de Mervyn LeRoy : Myra Lester
1941 : Lady Hamilton (That Hamilton Woman) de Alexander Korda : Emma Lady Hamilton
1945 : César et Cléopâtre (Caesar and Cleopatra) de Gabriel Pascal : Cleopatre

Cesar et cleopatra, 1945.








1948 : Anna Karenine de Julien Duvivier : Anna Karenine
1951 : Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire) de Elia Kazan : Blanche DuBois
1955 : L'Autre Homme (The Deep Blue Sea) de Anatole Litvak : Hester Collyer
1961 : Le Visage du plaisir (The Roman Spring of Mrs. Stone) de José Quintero : Karen Stone
1965 : La Nef des fous (Ship of Fools) de Stanley Kramer : Mary Treadwell.

Théâtrographie.

Laurence Olivier et Vivien Leigh dans Roméo et Juliette
The Green sash (1935) de Debonnaire Sylvester et T.P. Wood
The Mask of virtue (1935) de Carl Sternheim
Richard II (1936) de William Shakespeare
The Happy hypocrite (1936) de Clemence Dane
Henry VIII (1936) de William Shakespeare
Because we must (1937) de Ingaret Giffard
Bats in the Belfry (1937) de Diana Morgan et Robert MacDermot
Hamlet (1937) de William Shakespeare
Le Songe d'une nuit d'été (1937) de William Shakespeare
Serena Blandich (1938) de S.N. Behrman
Roméo et Juliette (1940)) de William Shakespeare
Doctor's Dilemma (1942) de George Bernard Shaw
L'École de la médisance (1942) de Richard Brinsley Sheridan
Spring party (1943)
The Skin of our Teeth (1945) de Thornton Wilder
En tournée (Australie/Nouvelle-Zélande) (1948) :
Richard III de William Shakespeare
L'École de la médisance de Richard Brinsley Sheridan
The Skin of our Teeth de Thornton Wilder
Antigone (1948) de Sophocle
Antigone (1948) de Jean Anouilh
Un tramway nommé Désir (1949) de Tennessee Williams
César et Cléopâtre (1951) de George Bernard Shaw
Antoine et Cléopâtre (1951)) de William Shakespeare
The Sleeping prince (1953) de Terence Rattigan
La Douzième nuit (1955)) de William Shakespeare
Macbeth (1955) de William Shakespeare
Titus Andronicus (1955) de William Shakespeare
South sea bubble (1956) de Noël Coward
Pour Lucrèce (1958) de Jean Giraudoux
Occupe-toi d'amélie (1959) de Georges Feydeau
En tournée (Australie/Nouvelle-Zélande/Amérique du Sud) :
La Douzième nuit de William Shakespeare
Pour Lucrèce de Jean Giraudoux
La Dame aux Camélias de Alexandre Dumas fils
Tovaritch (1963) de Jacques Deval
La Contessa (1965) de Paul Osborne
Ivanov (1966) de Anton Tchekov.





Sources :
-biographie personnelle.
-filmographie Wikipédia.
-Vidéo YouTube.
-photos personnelles et glânées sur le net.
Voir aussi mon forum :
http://lesetoilesfilantes.forumactif.fr/


4 commentaires:

  1. "Je jouerais jusqu'à 90 ans"...
    Elle a été courageuse de jouer Blanche Dubois.
    "César et Cléopâtre" est un film... étonnant, pour être gentil, la faute en revient à la pièce de B. Shaw.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Oui sa maladie l'a bien éprouvée . et "César et Cléopâtre ne font pas parties non plus de mes films préférés de Vivien Leigh. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. mon actrice préférée ! dommage qu'elle ait peu tourné pour le cinéma !

    RépondreSupprimer
  4. Elle a tout de même un beau Palmares à son actif. Merci.

    RépondreSupprimer