Pages

mardi 12 mars 2013

Margaret Mitchell (1900-1949).

Margaret Munnerlyn Mitchell (née le 8 novembre 1900 à Atlanta, États-Unis et morte dans la même ville le 16 août 1949) est un écrivain américain et l'auteur du célèbre roman "Autant en emporte le vent".






Elle est née dans une famille sudiste. Son seul et unique roman "Autant en emporte le vent" (Gone with the wind) fut écrit en trois ans d'un travail ininterrompu. Son roman a obtenu le prix Pulitzer du Roman en 1937.


Plus de 30 millions d'exemplaires de ce chef-d'œuvre ont été vendus dans le monde dans 38 pays. Il a été traduit en vingt-sept langues. Environ 250.000 exemplaires sont encore vendus chaque année. Peu de temps après la publication du livre, les droits d'auteur ont été vendus à David O. Selznick pour 50.000 $, le montant le plus élevé jamais payé pour un manuscrit jusqu'à ce moment-là.

David O. Selznick et Margaret Mitchell.


"Autant en emporte le vent" est adapté au cinéma par Victor Fleming, avec Vivien Leigh (Scarlett O'Hara) et Clark Gable (Rhett Butler) en 1939. Il est considéré par l'American Film Institute comme le quatrième meilleur film américain de l'histoire du septième art et figure en troisième position au palmarès historique des films les plus vus en France.Oscars 1939, attribués le 29 février 1940, avec 13 nominations lui permettant de remporter 8 trophées.


Margaret Mitchell, Clark Gable et Vivien Leigh.



Margaret Mitchell à la première d"Autant en emporte le vent".


 La maison de Margaret Mitchell.






Inscrite sur le registre national des lieux historiques et exploité par le Centre d'histoire d'Atlanta, la maison de Margaret Mitchell est une tour, de trois étages, bâtiment néo-Tudor où Margaret Mitchell a vécu et écrit son Prix Pulitzer, livre primé, "Autant en emporte le vent" .

Enfance de Margaret Mitchell...


Margaret Munnerlyn Mitchell, appelée par les siens Peggy Mitchell, est née à Atlanta, Géorgie, le 8 novembre 1900, dans une famille sudiste. Sa seul et unique oeuvre consiste au roman "Autant en emporte le vent."

Marguerite, sa mère et son frère.




Margaret Mitchell en 1920.



La jeune fille grandit dans une famille aisée, bercée par les récits des anciens confédérés sur la Guerre civile américaine. Fortement marquée par l'histoire de ses ancêtres, Margaret Mitchell s'en est inspirée pour l'écriture de son roman.


Son père est Eugene Muse Mitchell, un riche avocat, et sa mère, Mary Isabel Stephens, dite Maybelle, une militante féministe suffragette.




La famille Mitchell est sudiste de longue date. Un ancêtre de Margaret Mitchell a quitté l’Écosse pour venir s'installer dans le Comté de Wilkes (Géorgie), en 1777. Son grand-père paternel, Russell Crawford Mitchell, s'engage dans l'armée confédérée en juillet 1861 et est sévèrement blessé à la bataille de Sharpsburg. Après la guerre civile, il fait fortune en vendant du bois de construction à Atlanta. Il eut 12 enfants de deux épouses, dont l'ainé est le père de Margaret Mitchell.


Du côté de sa mère, ses grand-parents sont John Stephens, un propriétaire terrien, capitaine dans l'armée confédérée pendant la guerre, ayant investi après la guerre civile dans la construction du tramway d'Atlanta, et Annie Fitzgerald, elle même fille de Philip Fitzgerald, qui avait émigré d'Irlande et possédait une plantation dans le Comté de Clayton (Géorgie). L'histoire de Scarlett O'Hara semble calquée en partie sur l'histoire de cette grand-mère.


En 1916, âgée d'à peine 16 ans, elle écrit un premier roman, "Last Laysen", dont le manuscrit original, récemment retrouvé, est estimé entre 70 000 et 90 000 dollars. Il n'a jamais été publié.

En 1922, devenue journaliste pour l'Atlanta Journal Magazine,






 Margaret Mitchell doit cependant composer avec une vie sentimentale tumultueuse, partagée entre deux hommes qu'elle aime et qu'elle finira par épouser à deux ans d'intervalle. Elle épouse en premières noces Red Upshaw,


 mais ils divorcent en 1924, et elle se remarie à John Marsh en 1925. Il semble que le personnage de Rhett Butler ait été inspiré par son premier mari qui la maltraitait et la brutalisait. Elle n'a eu aucun enfant de ses deux mariages.


Jock Whitney, Margaret Mitchell, John Marsh, Clark Gable, Carol Lombard, Mayor William Hartsfield à la première d'"Autant en emporte le vent."


Henry Love Angel proposa plusieurs fois à Margaret Mitchell de l'épouser mais elle lui rendit sa parole.




En 1926, elle quitte le journalisme, en raison de problèmes de santé, et s'ennuie chez elle, jusqu'à ce que son époux lui conseille d'écrire un livre pour s'occuper. En 1937, après dix années d'un travail proprement herculéen, dont trois d'écriture, elle met un point final à l’œuvre qui la rendra célèbre dans le monde entier : "Gone with the wind", traduite dans l'édition française en "Autant en emporte le vent". Récompensée la même année par le prix Pulitzer, l'oeuvre est adaptée au cinéma en 1939 dans le film éponyme.


Le 11 août 1949, Margaret Mitchell 
et son mari ont décidé d'aller voir un film, "A Canterbury Tale", au Théâtre Peachtree Art.  Comme ils ont commencé à traverser Peachtree Street, près de la 13e rue, un taxi arrive à toute vitesse au sommet de la colline.  Le conducteur a freiné, a dérapé et a frappé Mitchell de plein fouet... Elle a été transportée à l'hôpital Grady , mais n'a jamais repris conscience. Au cours des cinq jours avant sa mort, la foule attendait à l'extérieur pour les nouvelles. Le président américain Harry Truman, et en Géorgie le gouverneur Herman Talmadge , et le 
maire

 d'Atlanta William B. Hartsfield ont tenu à être informés de son état. Des lignes téléphoniques spéciales ont été installées à l'hôpital Grady . Margaret Mitchell est décédée le 16 Août 1949 
en laissant derrière elle l'histoire de Scarlett O'Hara, une des plus belles histoires d'amour de la littérature, inachevée
 et fut enterrée au cimetière d'Oakland à Atlanta.

John Marsh aux funérailles de Margaret Mitchell.




Sources personnelles et Wikipédia.

2 commentaires:

  1. Merci, je ne connaissais pas son visage. Étonnant qu'elle n'ait pas écrit la suite du roman, elle a eu douze ans pour la composer.

    RépondreSupprimer
  2. Oui , nous avons l'impression de rester sur notre faim. Et c'est bien dommage, j'ai adoré ce film. Merci.

    RépondreSupprimer