Pages

jeudi 28 mars 2013

Debra Paget ( 1933 - ).


Debra Paget, de son vrai nom Debralee Griffin, née le 19 août 1933) à Denver au Colorado, est une actrice américaine. Elle débute en tant que danseuse puis continue sa carrière au théâtre et au cinéma dès 1948.


Debra Paget débute sur les planches en tant que danseuse et actrice de théâtre avant de signer un contrat de sept ans avec la Fox.

D'abord cantonnée à des rôles sans envergure (La Proie, Robert Siodmak, 1948 ;La Maison des étrangers, Joseph L. Mankiewicz, 1949), Debra Paget se montre sous un meilleur jour dans "La Flèche brisée (Delmer Daves, 1949) et dans L'Oiseau de paradis (1951)". Dans ces plaidoyers antiracistes, elle met son innocence et sa beauté au service d'émouvantes princesses indigènes.





 Jeune chrétienne dans "Les Gladiateurs" (Delmer Daves, 1954), esclave dans "Les Dix Commandements", (Cecil B. DeMille, 1956), Debra Paget éprouve cependant quelques difficultés à rivaliser avec d'autres actrices prisées pour le même type d'emplois.


 Dans "Au bord de la rivière" (Allan Dwan, 1957) et "The Most Dangerous Man Alive" (Allan Dwan, 1961), elle se montre charnelle et perverse. 



Son interprétation d'une danseuse sacrée partagée entre l'Orient et l'Occident dans "Le Tigre du Bengale" (Fritz Lang, 1959) reste son plus grand rôle.






 Elle tourne ses deux derniers films, "L'Empire de la terreur" (1962) et "La Malédiction d'Arkham" (1963), sous la direction de Roger Corman, avant de disparaître définitivement du grand écran.



Si la jeune Debra a fort à faire avec la concurrence dans les années 1950 - Hollywood met les bouchées doubles pour contrer la télévision et les beautés fleurissent à l'écran -, très vite elle s'impose comme une des plus émouvantes interprètes de sa génération, idéale victime de toutes sortes de sévices, un peu comme Fay Wray dans les années 1930, à la fois juvénile et lointaine à la manière de Gene Tierney. Elle prête ainsi ses traits à la célèbre Cosette de Victor Hugo et, dans Les Dix Commandements, elle est harcelée par l'infâme Egyptien joué par Edward G. Robinson. Le sommet de ce parcours est évidemment l'héroïne du Tigre du Bengale et du Tombeau hindou, dans lesquels elle impose définitivement sa beauté gracieuse et touchante. Cependant ces deux chefs d'œuvre précèdent de peu le déclin de l'actrice.
La star revient périodiquement au western, un de ses genres favoris (elle est la partenaire de Elvis Presley dans Le Cavalier du crépuscule) mais, selon Michael Henry, "beaucoup plus charnelles et perverses sont ses créations dans les paraboles [policières] d'Allan Dwan". Debra Paget s'illustre ensuite dans la science-fiction (De la terre à la lune) et dans l'horreur (ses deux derniers films sont signés Roger Corman d'après Edgar Allan Poe et Lovecraft).




Radio et télévision.

Parallèlement à sa carrière devant les caméras, Paget participe de 1950 à 1956 à six pièces radiophoniques pour le Family Theater ainsi qu'à quatre épisodes de la série Lux Radio Theater ; Burt Lancaster, Tyrone Power, Cesar Romero, Ronald Colman ou Robert Stack lui donnent la réplique ; elle participe ainsi aux adaptations de deux de ses films, "La Flèche brisée et Les Misérables" d'après Hugo - une pratique courante à l'époque.
La belle Debra se tourne dès les années 1950 vers la télévision, apparaissant notamment dans "La Grande Caravane", "Rawhide" (avec le débutant Clint Eastwood) et "L'Homme à la Rolls" (son dernier rôle en 1965). En 1955, elle postule d'ailleurs, affublée d'une perruque blonde, pour le rôle titre de Sheena, reine de la jungle - parmi ses rivales, il y a Anita Ekberg mais aucune des deux ne décroche le rôle convoité.



Malgré une poignée de cinéastes prestigieux et d'indéniables réussites, Paget a trop souvent été cantonnée dans des rôles de second plan et dans des productions de second ordre. Partenaire de Louis Jourdan, Jeffrey Hunter ou Robert Wagner, elle est souvent menacée par une certaine fadeur, même si elle se confronte également à des pointures - elle est courtisée par Stewart Granger et Robert Taylor dans le western "La Dernière Chasse" de Brooks, et joue au côté de George Sanders, Joseph Cotten, Ray Milland, Anthony Quinn... 



Dans un premier temps, elle a pu être reléguée à l'arrière plan par la "vague blonde" (Betty Grable, Marilyn Monroe) au sein de son propre studio. En effet elle quitte la Fox en 1955. Surtout les ravageuses années 1960 vont la balayer comme la plupart de ses consoeurs apparues dès les années 1940 - les acteurs eux s'en tireront mieux, bien entendu.
En 1987 Debra Paget a reçu un Golden Boot Award qui rend hommage à sa contribution au développement et au maintien du western à l'écran.


Vie privée.

Côté vie privée, la douce Debra a connu pas mal d'aléas : son mariage avec l'acteur et chanteur David Street en 1958 a duré quatre mois ; en 1960 son mariage avec Budd Boetticher, prestigieux réalisateur (de westerns notamment), a duré 22 jours. Paget quitte le monde du spectacle après son mariage en 1964 avec Louis C. Kung, neveu de Madame Chiang Kai-Shek qui a fait fortune dans l'industrie pétrolière. Ils ont eu un fils, Greg, et se sont séparés en 1980.



Filmographie.

Cinéma :

1948 : La Proie (Cry of the City), de Robert Siodmak
1949 : Maman est étudiante (Mother Is a Freshman), de Lloyd Bacon (non créditée)
1949 : It Happens Every Spring, de Lloyd Bacon (non crédité)
1949 : La Maison des étrangers (House of strangers), de Joseph L. Mankiewicz
1950 : La Flèche brisée (Broken Arrow), de Delmer Daves
1951 : 14 heures (Fourteen Hours) de Henry Hathaway
1951 : L'Oiseau de Paradis (Bird of Paradise), de Delmer Daves
1951 : La Flibustière des Antilles (Anne of the Indies), de Jacques Tourneur
1952 : Six filles cherchent un mari (Belles on Their Toes), de Henry Levin
1952 : La Vie de Jean Valjean (Les Misérables), de Lewis Milestone
1952 : Stars and Stripes Forever / La Parade de la gloire, de Henry Koster
1954 : Prince Vaillant (Prince Valiant), de Henry Hathaway
1954 : La Princesse du Nil (Princess of the Nile), de Harmon Jones
1954 : Les Gladiateurs (Demetius and the gladiators), de Delmer Daves
1954 : La Sirène de Bâton Rouge (The Gambler from Natchez), de Henry Levin
1955 : Plumes blanches (White feather), de Robert D. Webb
1955 : Seven Angry Men, de Charles Marquis Warren
1956 : La Dernière chasse (The Last hunt), de Richard Brooks
1956 : Les Dix Commandements (The Ten commandments), de Cecil B. DeMille : Lilia
1956 : Le Cavalier du crépuscule (Love me tender), de Robert D. Webb
1957 : Le Bord de la rivière (The River's Edge), d'Allan Dwan
1957 : Les Amours d'Omar Khayyam (Omar Khayyam), de William Dieterle
1958 : De la Terre à la Lune (From the Earth to the Moon), de Byron Haskin
1959 : Le Tigre du Bengale, de Fritz Lang
1959 : Le Tombeau hindou, de Fritz Lang
1960 : Why Must I Die? de Roy Del Ruth
1960 : La Vallée des pharaons (Il Sepolcro dei re) de Fernando Cerchio
1961 : Most Dangerous Man Alive de Allan Dwan
1961 : I masnadieri de Mario Bonnard
1962 : L'Empire de la Terreur (Tales of terror) de Roger Corman
1963 : La Malédiction d'Arkham (The Haunted palace) de Roger Corman.

À la télévision :

1956 : Gun in His Hand, de Lewis Allen (épisode de série)
1956 : The Man Who Lost His Head (épisode de série)
1957 : Carnival at Midnight (épisode de série)
1958 : La Grande Caravane : "The Mary Dupree Story"
1959 : Cimarron City (1 épisode)
1959 : Riverboat (1 épisode)
1959 : Invisible Force, d'Andrew Marton (épisode de série)
1960-1962 : Rawhide, de Joseph Kane et Harmon Jones (2 épisodes)
1961 : Man of Another Bree de William F. Claxton (épisode de série)
1963-1965 : L'Homme à la Rolls 2 épisodes, dont l'un réalisé par Jerry Hopper.

Debra Paget 1954.



2 commentaires:

  1. Merci pour le portrait, j'ai découvert beaucoup d'élèments.
    Marlene aussi a longtemps donné à la radio des adaptations de ses films ou d'autres oeuvres.
    Ainsi, elle a pu travailler au moins à la radio avec Clark Gable en remplacement de Gary Cooper.

    RépondreSupprimer
  2. Oui je me souviens de la photo avec Gable. La radio , en ce temps là permettait de faire de belles rencontres entre stars. Merci à vous.

    RépondreSupprimer