Pages

mercredi 16 janvier 2013

Carole Lombard 1908/1942.

Carole Lombard.

"Elle a apporté de la joie à ses proches et à ceux qui la connaissaient en tant qu'actrice. Elle s'est donnée sans compter pour servir son pays. Elle est et restera une star inoubliable à qui nous sommes reconnaissants." Franklin D. Roosevelt, président des Etats-Unis de 1933 à 1945.

Carole Lombard est la star des plus grandes comédies de l'âge d'or du parlant à Hollywood, émerveillant les spectateurs par sa sophistication, son élégance et son humour.  


Carole Lombard naît Jane Alice Peters, le 6 octobre 1908, à Fort Wayne aux Etats-Unis. Ses parents, divorcent en 1916. The same year, Jane Alice, sa mère et deux frères aînés session s'installent à Los Angeles. Au cours d'Une Partie de baseball Dans la rue, la jeune fille repérée intérêt by the réalisateur Allan Dwan qui la fait Débuter à l'écran en lui offrant un petit rôle dans «Le crime parfait» (1921). Après être de retournée à l'Ecole, elle retrouve le monde du cinéma en 1924 et au générique de quelques productions parmies lesquelles «Mariage en transit» (1925) de Roy William Neill.


 En 1926, elle est victime d'un grave accident de la route. Après avoir passé quelque temps hors des plateaux de tournage afin de se soigner, elle recommence à tourner. La cicatrice qu'elle gardera sur le visage sera désormais soigneusement camouflée par les maquilleurs, les retoucheurs et les directeurs de la photographie.

 Carole Lombard et William Powell lors de leur lune de miel.
 Dans les dernières années du muet, on la voit notamment dans plusieurs courts métrages produits par Mack Sennett, parmi lesquels «The girl from everywhere» (1927) de Edward F. Cline, «The swim princess» (1928) de Alfred J. Goulding, «The campus vamp» (1928) de Harry Edwards, «Matchmaking mamas» (1929) de Harry Edwards, etc.

Son passage au parlant se fait en douceur et, en 1931, Carole Lombard devient une vedette. Elle épouse, en juin de la même année, le comédien William Powell et est alors l’interprète de, entre autres, «Up pops the devil» (1931) de A. Edward Sutherland, «I take this woman» (1931) de Marion Gering, «Pas un seul homme» (1932) de Lloyd Corrigan, «Sinners in the Sun» (1932) de Alexander Hall, «Un mauvais garçon» (1933) de Wesley Ruggles, … Mais les films qu’elle tourne ne lui permettent toutefois pas de déployer toutes ses ressources et c’est surtout sa beauté et son élégance qui attirent l’attention. En août 1933, le couple Lombard-Powell se sépare.

  Enfin, en 1934, sous la direction de Howard Hawks, son interprétation pleine d’esprit dans «Train de luxe» révèle tout son potentiel et augmente son prestige de star. Partenaire de Gary Cooper, George Raft, Fred MacMurray, John Barrymore, James Stewart ou Cary Grant, entre autres, Carole Lombard devient dès lors principalement une reine de la comédie, comme le prouvent, notamment, «Jeux de mains» (1935) de Mitchell Leisen, «Mon homme Godfrey» (1936) de Gregory La Cava, «Ce que femme veut» (1936) de Walter Lang, «La folle confession» (1937) de Mitchell Leisen, «La joyeuse suicidée» (1937) de William A. Wellman, «Joies matrimoniales» (1941) de Alfred Hitchcock, etc. Occasionnellement, elle se laisse encore tenter par des rôles dramatiques, par exemple dans «L’autre» (1939) de John Cromwell ou encore «Vigil in the Night» (1940) de George Stevens.

 «Mon homme Godfrey» (1936) de Gregory La Cava, en gifs.



 "No Man of Her Own"de 1932 est un drame romantique mettant en vedette, un couple marié, avec Clark Gable et Carole Lombard  et leur seul film ensemble, plusieurs années avant leur mariage légendaire dans la vie réelle.





 En 1937, Carole Lombard est la vedette la mieux payée des Etats-Unis. En 1939, elle épouse Clark Gable et forme avec lui un des plus beaux couples de Hollywood. Après avoir tourné «Jeux dangereux» (1941) de Ernst Lubitsch, elle meurt en pleine gloire, le 16 janvier 1942, dans un accident d’avion à Table Rock Mountain. Son corps est inhumé au cimetière californien de Forest Lawn Memorial Park de Glendale, tout proche de celui de Clark Gable.

Anecdotes. 

 Au moment de l'entrée en guerre des États-Unis, fin 1941, Lombard rejoignit son Indiana natal pour un événement d'appel au soutien. À quatre heures du matin (heure locale) du vendredi 16 janvier 1942, Lombard et sa mère embarquent à bord d'un avion DC-3 de la Trans World Airlines pour leur retour en Californie. Après une escale de ravitaillement à Las Vegas, le vol reprend dans la nuit claire. Cependant, des balises avaient été éteintes à cause de la guerre, et l'avion dévia. Vingt-trois minutes plus tard, l'avion s'écrase sur le « Double Up Peak » près du sommet du Mount Potosi, au sud-ouest de Las Vegas. Les vingt-deux passagers trouvèrent la mort. Une plaque commémorative marquait l'endroit de l'accident, mais fut volée en 2007.
Juste avant de monter à bord, Carole s'adressa à ses fans en disant : « Avant que je ne vous dise au revoir à tous, venez vous joindre à moi ! V pour Victoire ! » Le Président Franklin D. Roosevelt, admiratif de son patriotisme, la déclara première femme tuée dans l'exercice de ses fonctions en temps de guerre et lui attribua à titre posthume la Médaille présidentielle de la liberté.
Peu après la mort de l'actrice à trente-trois ans, Gable, inconsolable et anéanti par sa perte, rejoignit l'United States Army Air Forces et servit dans l'armée de l'air en l'Europe. Le navire Liberty ship SS Lombard fut ainsi nommé en son hommage et Gable assista à son inauguration le 15 janvier 1944.
 Lombard est enterrée au Forest Lawn Memorial Park Cemetery à Glendale. Le nom gravé sur la crypte est « Carole Lombard Gable ». Malgré son remariage, Clark Gable fut enterré à ses côtés à sa mort en 1960. Sa mère, Elizabeth Peters, qui périt aussi dans l'accident d'avion, repose non loin.

Carole et sa mère.





Le dernier film de Carole Lombard, To Be or Not to Be (1942), réalisé par Ernst Lubitsch, où elle joue aux côtés de Jack Benny, est une satire du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale. Alors que le film est en post-production au moment de sa mort, les producteurs décidèrent de couper la séquence dans laquelle son personnage s'interroge « Que peut-il arriver dans un avion ? », de mauvais goût après les circonstances de sa mort. Un incident de montage similaire est survenu à la re-sortie du dessin animé de la Warner Bros A Wild Hare (1940) : le nom de Lombard était mentionné dans un jeu de Devine qui entre Bugs Bunny et Elmer Fudd, mais c'est le nom de Barbara Stanwyck qui sera cité dès lors.
Le 18 janvier 1942, Jack Benny ne fit pas son émission de radio habituelle, à la fois par respect pour l'actrice et chagrin pour sa mort. Il ne programma que de la musique.

 
 En 1999, l'American Film Institute classa Lombard 23e sur sa liste des 50 plus grandes actrices du cinéma américain.
Elle fut nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour Mon homme Godfrey.
Elle a une étoile sur le Hollywood Walk of Fame, au 6930 Hollywood Blvd.
La maison de son enfance à Fort Wayne a été classée d'importance historique. La ville attribua le nom de « Carole Lombard Memorial Bridge » au pont voisin surplombant le fleuve St. Mary.

Filmographie.
 1921 : Le Crime parfait (A Perfect Crime) d'Allan Dwan : La sœur de Griggs
1924 : Gold Heels (en) de W.S. Van Dyke : Bit
1925 : Dick Turpin de John G. Blystone : Crowd Extra
1925 : Marriage in Transit de Roy William Neill : Celia Hathaway
1925 : Gold and the Girl d'Edmund Mortimer
1925 : Le Hors-la-loi (Hearts and Spurs) de W.S. Van Dyke : Sybil Estabrook
1925 : Durand of the Bad Lands de Lynn Reynolds : Ellen Boyd
1925 : The Plastic Age de Wesley Ruggles : Co-ed
1926 : L'ombre qui descend (The Road to Glory) d'Howard Hawks
1926 : The Johnstown Flood (en) d'Irving Cummings : Une des quatre amies de Gloria
1927 : The Fighting Eagle de Donald Crisp
1927 : Smith's Pony d'Alfred J. Goulding et Raymond McKee (court-métrage)
1927 : Billy chercheur d'or (Gold Digger of Weepah) d'Harry Edwards : Extra (court-métrage)
1927 : My Best Girl de Sam Taylor  : Flirty Blonde Salesgirl
1927 : The Girl from Everywhere d'Edward F. Cline (court-métrage)
1928 : Une fille dans la course (Run, Girl, Run) d'Alfred J. Goulding : Norma Nurmi (court-métrage)
1928 : The Beach Club d'Harry Edwards (court-métrage)
1928 : Smith's Army Life de Donald Crisp (court-métrage)
1928 : Le meilleur gagne (The Best Man) de Donald Crisp (court-métrage)
1928 : A l'eau princesse (The Swim Princess) d'Alfred J. Goulding : La star qui nage (court-métrage)
1928 : The Bicycle Flirt d'Harry Edwards (court-métrage)
1928 : The Divine Sinner de Scott Pembroke : Millie Claudert
1928 : The Girl from Nowhere d'Harry Edwards (court-métrage)
1928 : His Unlucky Night d'Harry Edwards (court-métrage)
1928 : Smith's Restaurant de Phil Whitman (court-métrage)
1928 : The Campus Carmen d'Alfred J. Goulding (court-métrage)
1928 : Power d'Howard Higgin : Une autre dame
1928 : Motorboat Mamas d'Harry Edwards (court-métrage)
1928 : Me, Gangster de Raoul Walsh : Blonde Rosie
1928 : Show Folks de Paul L. Stein : Cleo
1928 : Hubby's Weekend Trip d'Harry Edwards (court-métrage)
1928 : The Campus Vamp d'Harry Edwards : Carole (court-métrage)
1928 : La Cave sanglante (Ned McCobb's Daughter) de William J. Cowen : Jennie
1929 : Matchmaking Mamma d'Harry Edwards : Phyllis (court-métrage)
1929 : Don't Get Jealous de Phil Whitman (court-métrage)
1929 : High Voltage d'Howard Higgin : Billie Davis
1929 : Big News de Gregory La Cava : Margaret Banks
1929 : The Racketeer d'Howard Higgin : Rhoda Philbrooke
1929 : Dynamite de Cecil B. DeMille
1930 : The Arizona Kid d'Alfred Santell : Virginia Hoyt
1930 : Safety in Numbers de Victor Schertzinger : Pauline
1930 : Fast and Loose de Fred C. Newmeyer : Alice O'Neill
1931 : It Pays to Advertise de Frank Tuttle : Mary Grayson
 1931 : Man of the World (en) de Richard Wallace : Mary Kendall
1931 : Ladies' Man de Lothar Mendes : Rachel Fendley
1931 : Up Pops the Devil de A. Edward Sutherland : Anne Merrick
1931 : I Take This Woman de Marion Gering : Kay Dowling
1932 : No One Man de Lloyd Corrigan : Penelope Newbold
1932 : Sinners in the Sun d'Alexander Hall : Doris Blake
1932 : Jeune fille à marier (en) (Virtue) d'Edward Buzzell : Mae
1932 : Richesse perdue (No More Orchids) de Walter Lang : Annie Holt
1932 : Un mauvais garçon (No Man of Her Own) de Wesley Ruggles : Connie Randall
1933 : From Hell to Heaven d'Erle C. Kenton : Colly Tanner
1933 : Supernatural de Victor Halperin : Roma Courtney
1933 : L'Aigle et le Vautour (The Eagle and the Hawk) de Stuart Walker : La belle Lady
1933 : Brief Moment de David Burton : Abby Fane
1933 : Le Fou des îles (en) (White Woman) de Stuart Walker : Judith Denning
1934 : Bolero de Wesley Ruggles : Helen Hathaway
1934 : We're Not Dressing de Norman Taurog : Doris Worthington
1934 : Train de luxe (Twentieth Century) d'Howard Hawks : Lily Garland
1934 : C'est pour toujours (Now and Forever) d'Henry Hathaway : Toni Carstairs Day
1934 : La Danseuse à l'éventail (en) (Lady by Choice) de David Burton : Alabam Lee
1934 : La Joyeuse fiancée (en) (The Gay Bride) de Jack Conway : Mary Magiz
1935 : La Dernière Rumba (en) (Rumba) de Marion Gering : Diana Harrison
1935 : Jeux de mains (Hands Across the Table) de Mitchell Leisen : Regi Allen
1936 : Ce que femme veut (en) (Love Before Breakfast) de Walter Lang : Kay Colby
1936 : Une princesse à bord (The Princess Comes Across) de William K. Howard : Wanda Nash / Princesse Olga
1936 : Mon homme Godfrey (My Man Godfrey) de Gregory La Cava : Irene Bullock
1937 : Swing High, Swing Low de Mitchell Leisen : Marguerite King
1937 : La Joyeuse Suicidée (Nothing Sacred) de William A. Wellman : Hazel Flagg
1937 : La Folle Confession (True Confession) de Wesley Ruggles : Helen Bartlett
1938 : La Peur du scandale (Fools for Scandal) de Mervyn LeRoy et Bobby Connolly : Kay Winters / Kay Summers
1939 : Le Lien sacré (Made for Each Other) de John Cromwell : Jane Mason
1939 : L'Autre (In Name Only) de John Cromwell : Julie Eden
1940 : Vigil in the Night de George Stevens : Anne Lee
1940 : Drôle de mariage (They Knew What They Wanted) de Garson Kanin : Amy Peters
1941 : Joies matrimoniales (Mr. & Mrs. Smith) de Alfred Hitchcock : Ann
1942 : Jeux dangereux (To Be or Not to Be) d'Ernst Lubitsch : Maria Tura



 Sources :

-pour la biographie : documents personnels, Marlene Pilaete, Wikipédia.

-pour la filmographie et anecdotes Wikipédia.

-pour la vidéo : YouTube.

2 commentaires:

  1. 71 ans aujourd'hui...
    J'aime beaucoup Carole Lombard. Elle était vraiment douée pour la comédie. Marlene l'aimait aussi, et vu le nombre de personnes qu'elle appréciait, c'est un beau compliment...
    Elle s'amusait à la voir l'imiter et s'habiller comme elle, elle n'en prenait pas ombrage. Elle fut même touchée par son décès.

    Elles ont été réunies lors d'une soirée dans un parc d'attraction, donnée par Lombard, il me semble. Marlene a regretté d'être venue en short, elle s'est faite mal aux jambes...
    http://frontalobotomy.tumblr.com/image/28302976253
    http://www.myspace.com/divinemarlenedietrich/photos/3810020
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour tous ces renseignements, oui j'ai cette photo aussi avec erroll Flynn. Et bon anniversaire, Fabrice, . Je ne savais pas que vous étiez né un 16 janvier, désolée,mais vous suivez les traces de Marlene c'est sûr lol.

    RépondreSupprimer