Pages

samedi 24 novembre 2012

Paulette Goddard ( 1910-1990 ).

Paulette Goddard ( 1910-1990 ).



"Elle était gaie et amusante, une créature fantasque. (…) Ton ex-belle-mère est une fille adorable, merveilleuse … et elle s’y connaît en affaire ! "
Charles Chaplin, second mari de Paulette Goddard.


  
"Cette jolie femme a de l’esprit, avec elle on ne s’ennuie jamais. Elle ne pratique que les hommes remarquables, mais elle en change souvent. C’est une camarade extraordinaire pour travailler, c’est vraiment une bonne collaboratrice."
Le réalisateur français Jean Renoir qui dirige Paulette Goddard dans Le journal d'une femme de chambre (1946).

"Je n’avais jamais vu une femme aussi belle et élégante, sauf de loin. Même si elle avait un sens délicieux de l’humour, elle a toujours été sur un piédestal et je me suis dit : je voudrais être comme elle. "
Lana Turner, partenaire de Paulette Goddard dans Coup de théâtre (1938).

 
 Nom d’origine : Pauline Marion Levee
Date de naissance : 3 juin 1911 – New York
Date de décès : 22 avril 1990 – Ronco, Suisse
Divorcée d’Edward James (1927/1931), de Charles Chaplin (1936/1942), de Burgess Meredith (1944/1950).
Veuve d’Erich Maria Remarque (1958/1970).

Pauline Levee naît à New York en 1911. Sa mère Marion est mormone et son père est juif. A la fin de ses études primaires, elle commence à travailler comme modèle dans les grands magasins locaux.
Florenz Siegfeld la découvre alors qu’elle n’a que 13 ans et l’engage dans plusieurs revues musicales. En 1927, elle épouse Edward James, un riche auteur de Broadway ; elle a à peine 16 ans. Le mariage ne durera que quatre années.

Après son divorce, elle part pour Hollywood où elle est apparaît dans de petits rôles pour un certain nombre de studios, se spécialisant dans les films comiques et faisant également de la figuration dans quelques films de Laurel et Hardy. En 1932, elle rencontre Charlie Chaplin sur le yatch de Joseph Schenk et c’est le coup de foudre. Il lui propose le rôle de la petite gamine des rues au cœur d’or dans son prochain film « Les temps modernes » (1936). Après le tournage, les deux acteurs partent en voyage en Indochine française puis au Japon et en profitent pour se marier, mais cette union restera secrète jusqu’à leur divorce ! 



En attendant, elle acquiert sa propre renommée avec le film « Femmes » en 1939, poursuit avec « Le chat et le canari » et signe un contrat de 10 ans avec la Paramount. Cette année-là, elle est pressentie pour le rôle de Scarlett dans « Autant en emporte le vent ». Hélas, la presse ayant eu vent de son mariage « clandestin » avec Chaplin, le producteur David O. Selznick choisit de ne pas l’engager dans le seul but de ne pas choquer les esprits conservateurs de l’époque ! 


En 1940, elle tourne avec Fred Astaire dans « Chorus » et enchaîne avec « Swing Romance » aux côtés de celui qui deviendra quelques années plus tard son troisième mari, Burgess Meredith.

Pour le moment, elle retrouve son mari, Charles Chaplin, pour un rôle dans son nouveau film « Le dictateur ». De nouveau, Paulette Goddard joue une femme enfant abandonnée dans le ghetto juif de Berlin.
En 1942, Cecil B DeMille l’engage pour «Les naufragés des mers du sud » où elle obtient un grand succès. La même année, elle rompt avec Chaplin. « Il travaillait trop dira t’elle plus tard, et cela au détriment de sa vie privée. Je ne le voyais plus, il était devenu un étranger ».
Les deux acteurs se quittent en bons termes et se reverront souvent par la suite. Après son divorce, voulant prouver à tous qu’elle est une grande comédienne même sans Chaplin, elle multiplie les créations avec plus ou moins de bonheur. 




Le 21 mai 1944, elle épouse Burgess Meredith et l’année suivante, obtient un vif succès avec le film « Kitty » de Mitchell Liesen pour lequel elle est nommée à l’Oscar. Elle crée alors une compagnie de production avec son mari et ensemble, ils produisent plusieurs films dont « Le journal d’une femme de chambre » (1946).

Si professionnellement, le couple réussit plutôt bien, côté vie privé ce n’est pas le bonheur escompté. En 1947, elle se retrouve aux côtés de Gary Cooper dans « Les conquérants d’un nouveau monde » de Cecil B DeMille. Dans ce drame romantique du 18è siècle, Paulette excelle dans un rôle bien différent de ceux qu’elle a pu tourner jusqu’à présent. Pourtant, en 1949, la Paramount ne renouvelle pas son contrat.
Une période difficile pour l’actrice d’autant qu’elle divorce l’année suivante.



En 1954, sa carrière cinématographique se terminant, elle fait un peu de radio et de télévision avant d’entamer une tournée en Europe où elle rencontre l’écrivain allemand, Erich Maria Remarque, célèbre pour son roman « A l’Ouest rien de nouveau ».

Ils se marient en 1958 et le resteront jusqu’à la mort de celui-ci en 1970. Le couple se retire alors à Ronco en Suisse, non loin de la propriété de Chaplin. Désormais, Paulette Goddard délaisse l’usine à rêve d’Hollywood en mettant un terme à sa carrière. Elle n’y reviendra qu’en 1963 pour un film sans intérêt : « Les deux rivales » où elle joue la mère de Claudia Cardinale. Dans les années 70, on lui diagnostique un cancer du sein et subit alors une mastectomie. Elle meurt d’un arrêt cardiaque le 23 avril 1990 dans sa maison de Ronco. Dans son testament, elle lègue 20 millions de dollars à l’Université de New York.


Sources : Documents Personnels, Google, Wikipédia, YouTube.

Biographie de mon forum " Les Etoiles Filantes Des Années 50 " : http://lesetoilesfilantes.forumactif.fr/

Citations : 
http://www.paulette-goddard.fr/
Vous y trouverez une biographie complète de Paulette Goddard.

L'ÉTOILE DE PAULETTE GODDARD SUR LE WALK OF FAME
http://www.paulette-goddard.fr/pgoscarwalk/pgwalkoffame.html

2 commentaires:

  1. Une grande actrice. Un seul petit reproche : par jalousie, elle a détruit les lettres de Marlene envoyées à Erich Maria Remarque. 30 ans de correspondance. Ils avaient été amants dans les années 30 et étaient restés amis. Il nous reste heureusement les lettres de Remarque et elles ont été publiées.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien , je ne le savais pas, merci aussi .

    RépondreSupprimer